L'Allemagne cite un intérêt croissant de banques pour Francfort

lundi 14 novembre 2016 16h44
 

FRANCFORT, 14 novembre (Reuters) - Le ministère allemand des Finances a déclaré lundi recevoir un nombre croissant de demandes d'informations de la part d'institutions financières basées en Grande-Bretagne songeant à transférer leurs activités en Allemagne après le vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

Francfort, où se trouvent déjà les sièges de la Banque centrale européenne (BCE) et d'établissements comme Deutsche Bank et Commerzbank, est en concurrence avec d'autres villes comme Paris pour attirer les entreprises financières susceptibles de quitter Londres, coeur financier de l'Europe, après le Brexit.

"On ne tombe pas amoureux de Francfort au premier regard. Mais c'est un amour qui dure longtemps", a déclaré Thomas Steffen, secrétaire d'Etat au ministère allemand des Finances, lors d'une conférence bancaire lundi.

"Je dois dire qu'au ministère des Finances, nous enregistrons un nombre croissant de demandes. Et nous sommes très, très ouverts à de telles discussions", a-t-il ajouté.

Il a dit s'attendre à ce qu'un certain nombre de décisions soient prises début 2017.

Francfort aimerait aussi accueillir l'Autorité bancaire européenne (ABE), qui a annoncé son départ de Londres à terme en raison du Brexit.

Thomas Steffen a jugé que l'ABE, tutelle du secteur bancaire dans l'UE, serait à sa place à Francfort aux côtés de la BCE et de ses organes de supervision des banques de la zone euro, le Mécanisme de surveillance unique (MSU), et des assurances, l'AEAPP.

Volker Bouffier, ministre-président de Hesse, le Land où se trouve Francfort, rencontre ce lundi des dirigeants de banques à New York pour faire la promotion de la ville, a dit le ministre régional des Finances, Thomas Schäfer.

Les grandes banques d'investissement renforcent déjà discrètement leurs équipes de banquiers d'affaires à Francfort et Reuters a rapporté la semaine dernière que Goldman Sachs envisageait de transférer une partie de ses actifs et de ses opérations de Londres à Francfort. (Arno Schütze et Joshua Franklin; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)