LEAD 1-PostNL rejette l'offre améliorée de bpost, jugée insuffisante

vendredi 11 novembre 2016 11h04
 

(Actualisé avec précisions, réactions d'analystes, cours de Bourse)

11 novembre (Reuters) - L'opérateur postal néerlandais PostNL a rejeté l'offre améliorée de son concurrent belge bpost qui, a ses yeux, "ne représente pas une valeur suffisamment convaincante", et réaffirmé sa volonté de rester indépendant.

L'action PostNL chute de 5,43% à 4,473 euros vendredi vers 09h30 GMT, un niveau nettement inférieur à l'offre de 2,4 milliards d'euros en trésorerie et en actions de bpost, contrôlé à 51% par l'Etat belge.

Fin mai, les discussions entre les deux groupes en vue d'un rapprochement avaient achoppé sur, selon les médias néerlandais, la question de la charge des retraites de PostNL.

"L'activité postale aux Pays-Bas affiche des performances conformes aux prévisions, ce qui démontre à nouveau que PostNL gère efficacement les effets du déclin des volumes de courrier via des réductions de coûts cohérentes", a déclaré PostNL vendredi.

La nouvelle offre présentée dimanche par bpost, qui la qualifie "d'offre amicale", représente 5,65 euros par action, soit une prime de 31,6% par rapport au cours de PostNL à la fin octobre. Bpost propose d'assumer les engagements du groupe néerlandais en matière de retraites.

Les deux entreprises sont confrontées au déclin de leur activité courrier mais profitent de la hausse de l'activité messagerie du fait de l'essor du commerce en ligne.

L'analyste de KBC Ruben Devos dit que bpost devrait pouvoir encore améliorer son offre pour convaincre PostNL mais qu'il aura du mal à surmonter l'opposition du néerlandais à ce qu'il voit comme une prise de contrôle de facto par l'Etat belge, qui détiendrait encore 40% du nouvel ensemble.

"Un accord ne paraît pas très probable à ce stade", dit-il, une position partagée par l'analyste d'ABN Amro, Maarten Bakker.

Toutefois, le journal Het Financieele Dagblad a rapporté jeudi que le premier actionnaire de PostNL, l'homme d'affaires néerlandais John de Mol, avait déclaré qu'il souhaitait que le conseil d'administration rencontre bpost et était "éberlué" de constater que les deux parties ne parlaient plus.

"Nous pensons que bpost pourrait revenir avec une offre plus élevée allant jusqu'à 6,00 euros par action PostNL, encouragé par la pression croissante des actionnaires de PostNL," écrit de son côté l'analyste de Jefferies David Kerstens. (Thyagaraju Adinarayan à Gdynia; Bertrand Boucey et Juliette Rouillon pour le service français)