Enel rétablit un dividende et croit toujours au marché US

jeudi 10 novembre 2016 20h28
 

MILAN, 10 novembre (Reuters) - Enel a annoncé jeudi le versement de son premier dividende en cinq ans et a redit sa confiance dans le développement des énergies vertes aux Etats-Unis en dépit des promesses du président élu Donald Trump de favoriser les énergies fossiles.

La première compagnie d'électricité italienne a publié des résultats meilleurs que prévu pour les neuf premiers mois de l'année et confirmé ses objectifs pour l'ensemble de l'exercice.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a progressé de 0,1% à 11,9 milliards d'euros sur la période janvier-septembre, grâce aux activités du groupe en Amérique latine, en Italie et en Espagne. Les analystes prévoyaient en moyenne 11,6 milliards.

La hausse du résultat net et une génération de trésorerie stable permettent à Enel de proposer un dividende intérimaire de 0,09 euro payable en janvier, sa première distribution de dividende depuis novembre 2011, qui sera suivi d'un dividende final pour 2016.

"Nous avons livré une solide performance avec la poursuite de progrès sur la voie de nos objectifs stratégiques", a déclaré l'administrateur délégué Francesco Starace.

Enel, qui présentera le 22 novembre son nouveau plan stratégique, s'est diversifié dans la gestion de réseaux et les énergies propres pour compenser le ralentissement de son métier traditionnel de production d'électricité. Le groupe a des opérations dans 21 Etats américains mais les énergies vertes en Amérique du Nord ne représentent que 2% de son résultat d'exploitation.

"Cela reste un grand business aux Etats-Unis et cette administration veut du grand business", a dit le directeur financier Alberto De Paoli en faisant allusion au président élu qui prendra ses fonctions en janvier.

La hausse des rendements obligataires, dopés par la victoire surprise de Donald Trump et la perspective d'un regain d'inflation, pénalise le secteur des services aux collectivités en Bourse. L'action Enel a perdu jeudi 3,44% à la Bourse de Milan tandis que l'indice sectoriel européen des "utilities" a chuté de 4%. (Stephen Jewkes, Véronique Tison pour le service français)