A Bordeaux, Alain Juppé dénonce le populisme et la démagogie

mercredi 9 novembre 2016 22h06
 

par Claude Canellas

BORDEAUX, 9 novembre (Reuters) - Alain Juppé s'en est pris mercredi soir au Front national en fustigeant le populisme, la démagogie et ceux qui "se complaisent dans le caniveau".

Devant 3.000 personnes réunies au Palais des Congrès de Bordeaux, le favori des sondages pour la primaire de la droite et du centre a dénoncé, en écho à l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, le populisme qui fracture la société française.

"Non au clivage, non à la démagogie qui dresse les Français les uns contre les autres, les élites contre le peuple. Cela ne mène à rien, sinon à des blocages plus dangereux encore", a lancé Alain Juppé.

S'il est élu président de la République en mai 2017, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac a dit vouloir réconcilier les deux France : la France entreprenante, conquérante, à l'aise dans la mondialisation, et la France qui est en souffrance, en décrochage.

Il faut les réconcilier "par l'écoute, le dialogue, dans la dignité, en disant la vérité, ce qui est le contraire du populisme", a-t-il dit.

"Je contribuerai à mener une campagne digne. Certains se complaisent dans le caniveau", a-t-il poursuivi, en citant les attaques dont il est l'objet à Bordeaux de la part de l'extrême-droite qui l'a baptisé "Ali Juppé", en l'accusant d'avoir voulu favoriser l'implantation d'une grande mosquée dans la ville.

"CAMPAGNE DE VÉRITÉ"   Suite...