Pernod-L'élection US ne modifiera pas les investissements

mercredi 9 novembre 2016 16h06
 

PARIS, 9 novembre (Reuters) - L'élection de Donald Trump à la présidence américaine ne modifiera pas les plans d'investissements de Pernod Ricard aux Etats-Unis, premier marché du groupe de spiritueux français.

Le groupe, propriétaire du rhum cubain Havana Club qu'il ne peut commercialiser aux Etats-Unis pour cause d'embargo, a jusqu'ici bien accueilli l'ouverture engagée par l'administration Obama vis-à-vis de Cuba.

Des mesures visant à assouplir les relations commerciales entre les deux pays et levant la limite de 100 dollars imposée aux achats de cigares et de rhum effectués dans l'île par les voyageurs américains ont même été annoncées en octobre.

Mais pendant la campagne électorale, Donald Trump a laissé entendre qu'il pourrait, s'il était élu, revenir sur cette politique si les dirigeants cubains ne respectaient pas la liberté de culte et s'ils ne libéraient pas les prisonniers politiques.

"Nous ne sommes pas vraiment inquiets (...) Nous maintenons nos plans d'investissements", a déclaré à Reuters mercredi un porte-parole de Pernod Ricard.

Le groupe attend maintenant de voir quelle sera la position du nouveau président sur Cuba.

Aux Etats-Unis, premier marché mondial du rhum avec environ 40% des ventes des marques internationales, Pernod Ricard est en conflit juridique depuis des années avec le groupe Bacardi sur la propriété de la marque Havana Club.

Ce dernier, premier producteur mondial de rhum, commercialise aux Etats-Unis, également sous le nom de Havana Club, un rhum fabriqué à Porto Rico.

Le marché mondial du rhum, dominé par Bacardi et le britannique Diageo (Captan Morgan, Myers's), est évalué, pour les grandes marques internationales, à 50,2 millions de caisses de neuf litres.

Pernod Ricard en vend quatre millions par an, soit environ 50 millions de bouteilles, et pense qu'il pourrait vendre 20 millions de bouteilles supplémentaires en cas de levée de l'embargo américain. (Dominique Vidalon, avec Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)