RPT BOURSE-Europe-Les banques en recul après la victoire de Trump

mercredi 9 novembre 2016 11h50
 

(Rajout d'une précision sur BBVA)

LONDRES, 9 novembre (Reuters) - Les actions des banques européennes rétrogradent mercredi après la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, reflétant les craintes qu'elle suscite pour de futures opérations de levée de fonds et les incertitudes entourant Deutsche Bank et d'autres banques empêtrées dans des litiges avec la justice américaine.

Leur indice perd 1,5% vers 10h40 GMT mais il ne figure plus dans les deux plus grosses pertes sectorielles, avec l'automobile, comme c'était le cas en début de matinée.

Deutsche Bank abandonne 2,83% et UniCredit 2,08%, les traders redoutant que le résultat du scrutin américain ne dissuade les investisseurs de participer aux appels de fonds prévus par les deux établissements dans les mois à venir.

La première banque allemande est également menacée d'une amende de 14 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros) par la justice américaine dans le cadre d'une enquête sur la vente de titres adossés à des prêts immobiliers (MBS).

La victoire de Trump laisse planer le doute sur le délai de résolution de ce litige, dont les négociations afférentes ont commencé sous la présidence de Barack Obama.

BBVA de son côté plonge de près de 8%, les actionnaires de la banque espagnol craignant un impact sur ses intérêts au Mexique et les dommages économiques potentiels causés par la chute du peso mexicain par rapport au dollar, ainsi que par le mur anti-migrants que Donald Trump compte ériger.

La banque espagnol accuse la baisse la plus forte des trois indices européens Stoxx 600, FTSEurofirst 300 et EuroStoxx 50.

HSBC, première banque européenne, abandonne environ 1%, les analystes se posant des questions sur sa capacité à soutenir ses projets de dividendes à long terme en réorientant des milliards de dollars de sa filiale américaine vers des entreprises à la croissance rapide en Europe et en Asie.

Standard Chartered perd 0,15% et Barclays 0,94%. (Sinead Cruise; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)