Les milices chiites visent une base aérienne proche de Mossoul

mardi 8 novembre 2016 17h54
 

BAGDAD, 8 novembre (Reuters) - Les milices chiites qui avancent en direction de Tal Afar, ville à l'ouest de Mossoul tenue par les djihadistes, ont pris pour cible une base militaire dont elles pourraient se servir pour étendre ensuite à la Syrie leur lutte contre l'Etat Islamique.

Les miliciens des Hachid Chaabi (Forces de mobilisation populaire, FMP) s'efforcent depuis une semaine de couper un des axes d'approvisionnement de Mossoul à l'ouest. Tal Afar se trouve à environ 55 km de Mossoul, sur la route menant vers les territoires contrôlés par l'EI en Syrie.

Couper cette voie d'accès isolerait l'EI à Mossoul, son bastion du nord de l'Irak que l'armée et les forces spéciales irakiennes, aidées par des combattants kurdes, attaquent à partir du nord, de l'est et du sud depuis le 17 octobre.

S'emparer d'une base aérienne constituerait en outre pour les FMP une première et une prise d'envergure. Ces milices rendent compte au Premier ministre irakien, Haïder al Abadi, mais jouissent ouvertement de l'appui de l'Iran.

"On est maintenant à 25 km de la base de Tal Afar", a expliqué à Reuters Karim Alewi, un commandant des Hachid Chaabi.

"Cette base revêt pour nous une importance stratégique car elle est proche de la frontière syrienne. Ce sera une base qui servira à toutes les factions des Hachid Chaabi et pourrait permettre à nos forces de protéger la frontière irako-syrienne."

"Si l'Irak est libéré, nul doute que notre second objectif sera de poursuivre Daech jusqu'en Syrie", a-t-il ajouté, précisant que ses forces avaient coupé mardi la route reliant Tal Afar à la Syrie.

Tal Afar avait avant sa prise par les djihadistes de l'EI en 2014 une population composée essentiellement de chiites et de turkmènes sunnites. La progression des FMP a ravivé les craintes de violences intercommunautaires.

La Turquie voisine, en particulier, a prévenu qu'elle interviendrait si ces milices chiites "provoquaient la terreur" à Tal Afar.

Des porte-parole des FMP assurent que tout sera fait pour éviter des exactions. A Bagdad, on dit de source parlementaire que le Premier ministre a assuré que seuls des combattants turkmènes membres des FMP auraient la mission d'occuper Tal Afar. (Ahmed Rasheed, Gilles Trequesser pour le service français, édité par Tangi Salaün)