8 novembre 2016 / 09:42 / il y a 10 mois

CGG moins optimiste pour 2017, étudie ses options

* CA -43,8% au T3, en perte opérationnelle

* L'amélioration vue en 2017 pourrait ne pas être au rendez-vous

* Objectif d'une dette à moins de $2,4 mds fin 2016 confirmé

* Selon le T4, CGG étudiera ses options pour renforcer sa structure financière

* Extension de la maturité crédit et augmentation de capital font partie des pistes

* L'action chute de 15% (Actualisé avec cours, téléconférence, précisions)

8 novembre (Reuters) - CGG, spécialiste des services et équipements géophysiques, a annoncé mardi que l'amélioration entrevue en 2017 pourrait finalement ne pas être au rendez-vous et qu'il étudiait toutes les options permettant de renforcer le cas échéant sa structure financière.

Le groupe, qui chute de près de 20% en Bourse après ces annonces, a vu son chiffre d'affaires dégringoler de 43,8% au troisième trimestre tandis que son résultat opérationnel est tombé dans le rouge, avec une perte de 38,9 millions de dollars contre un bénéfice de 4,3 millions un an plus tôt.

"Le contexte de remontée des prix du brut ne s'est pas traduit, à ce stade, pour notre secteur par une amélioration des conditions de marché qui restent difficiles", a expliqué CGG dans un communiqué. "Alors que nous attendions début 2016 l'amélioration de certaines de nos activités pour 2017 (...) nos dernières discussions nous laissent à penser que notre marché devrait rester en 2017 très similaire à 2016."

Un temps réservé à la baisse dans les premiers échanges, l'action cédait 19,44% à 18,65 euros vers 10h30 - plus fort recul de l'indice SBF 120 (+0,1%) - ramenant ainsi sa capitalisation boursière à moins de 415 millions (-56% depuis début janvier).

Le secteur de l'exploration pétrolière a été ébranlé par la violente chute des prix du pétrole, il y a deux ans, qui a conduit les "majors" à limiter drastiquement leurs investissements. Pour y faire face, CGG a engagé un plan de restructuration et adopté une discipline stricte sur la gestion de "cash flow", mais n'exclut pas maintenant de devoir aller plus loin.

"Dans ce contexte et au regard de notre performance du quatrième trimestre nous prendrons les mesures nécessaires pour évaluer les options existantes à court et long terme, afin de répondre au mieux aux contraintes de notre structure financière" a ajouté le groupe dans son communiqué.

Au cours d'une téléconférence, le directeur général Jean-Georges Malcor a souligné qu'il attendrait de connaître la performance du quatrième trimestre, mais qu'il n'écartait rien.

"L'augmentation de capital fait partie des options qu'on regardera, comme l'extension (de la maturité de la dette), rien n'est tabou", a-t-il déclaré.

Il a précisé qu'à ce jour les covenants bancaires étaient respectés et que la dette nette, ressortie à 2,3 milliards de dollars fin septembre, contre 2,54 milliards un an plus tôt, correspondait à un levier financier de 4,4 fois et à une liquidité de 604 millions de dollars.

CGG a également confirmé son objectif de contenir cette dette sous la barre des 2,4 milliards de dollars à la fin de l'année.

Le communiqué: bit.ly/2fbAdE7

Pour plus de détails, cliquez sur (Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below