LEAD 1-La présidente sud-coréenne prête à céder une partie de son pouvoir

mardi 8 novembre 2016 05h23
 

(Actualisé avec déclarations de la présidente sud-coréenne, réaction de Samsung)

par Jack Kim et Ju-min Park

SEOUL, 8 novembre (Reuters) - La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a déclaré mardi qu'elle était prête à laisser le parlement proposer un candidat au poste de Premier ministre et de concéder à ce dernier le contrôle effectif du gouvernement, la chef de l'Etat s'efforçant ainsi une nouvelle fois de désamorcer la crise qui secoue son mandat.

Les propos de Park Geun-hye, tenus lors d'une rencontre avec le président du parlement, suggèrent qu'elle est prête à abandonner une partie de son pouvoir, une demande clef formulée par l'opposition pour envisager de tourner la page du scandale impliquant l'une de ses proches, Choi Soon-sil, mise en cause dans une affaire de trafic d'influence.

"Si le parlement recommande une personne capable, avec un accord entre le parti au pouvoir et celui de l'opposition, je nommerai cette personne au poste de Premier ministre et lui permettrai d'avoir le contrôle du gouvernement", a dit Park Geun-hye au président du parlement Chung Sye-kyun.

Le Premier ministre est traditionnellement un figurant dans le système politique sud-coréen, l'essentiel du pouvoir du pays résidant dans le bureau de la présidence.

Park Geun-hye subit de plein fouet le scandale impliquant son amie, sa cote de popularité étant tombée à 5%, un plus bas historique depuis la mise en place de cet indicateur en 1988.

Choi Soon-sil est accusée de s'être servie de sa proximité avec Park Geun-hye pour peser sur la marche de l'Etat et se procurer des avantages financiers indus.

La présidente s'est déjà excusée à deux reprises pour ce scandale et, il y a près d'une semaine, elle a annoncé la désignation de Kim Byong-joon au poste de Premier ministre et celle de Yim Jong-yong à celui de ministre des Finances.   Suite...