Google rejette formellement les accusations antitrust de la CE

jeudi 3 novembre 2016 17h13
 

BRUXELLES, 3 novembre (Reuters) - Google a formellement rejeté jeudi les accusations de l'Union européenne selon lesquelles il avantage ses propres services de commerce électronique et handicape ses concurrents dans la recherche en ligne sponsorisée, ouvrant la voie à une décision de Bruxelles l'an prochain, qui pourrait s'accompagner d'une très lourde amende.

Ce dossier a été ouvert il y a maintenant six ans par la Commission européenne, après des plaintes de plusieurs concurrents du groupe américain.

En avril 2015, l'exécutif communautaire a formellement accusé Google de pratiques anti-concurrentielles, et il a versé de nouveaux éléments à charge au dossier en juillet de cette année.

Dans un message publié sur un blog jeudi, le directeur juridique de Google, Kent Walker, estime que les accusations de Bruxelles n'ont aucun fondement factuel, juridique ou économique et ajoute que les choix de l'entreprise s'appuient sur les besoins de ses utilisateurs, non sur l'intention de nuire à ses concurrents.

"Nous n'avons jamais fait de compromis sur la qualité ou la pertinence des informations que nous avons reçues. Au contraire, nous les avons améliorées. Il ne s'agit pas de 'favoritisme', il s'agit d'écouter nos clients", écrit-il.

Il ajoute que la Commission n'a pas pris en compte la concurrence d'Amazon, des plates-formes marchandes, des médias sociaux, des sites mobiles et de la publicité en ligne d'entreprises telles que Facebook et Pinterest.

La Commission a déclaré avoir reçu la réponse de Google.

"Dans chaque dossier, nous prendrons en compte avec soin la réponse de Google avant de prendre une décision sur la marche à suivre et nous ne pouvons pas, à ce stade, préjuger du résultat final de l'enquête", a dit un porte-parole de la CE dans un courrier électronique.

Si la Commission décide d'infliger une amende à Google, celle-ci peut en théorie atteindre 10% du chiffre d'affaires global du groupe, soit 7,4 milliards de dollars (6,67 milliards d'euros). (Foo Yun Chee; Marc Angrand pour le service français)