Pékin s'inquiète des refus de rachat d'entreprises allemandes

mercredi 2 novembre 2016 07h43
 

PEKIN, 2 novembre (Reuters) - La Chine espère que les initiatives récentes de Berlin contre les acquisitions par des entreprises chinoises en Allemagne resteront "une exception", a déclaré mercredi le ministère chinois du Commerce.

Le gouvernement allemand a opposé son refus au rachat d'une filiale de la société d'éclairage Osram par un consortium chinois et retiré son autorisation au rachat de l'équipementier des semi-conducteurs Aixtron par un autre groupe chinois.

"La Chine espère que les enquêtes des autorités allemandes concernant la sûreté resteront une exception(...), car ce serait une mauvaise chose pour le développement et les perspectives du commerce entre la Chine et l'Allemagne", a déclaré le porte-parole du ministère chinois du Commerce lors d'un point de presse.

A l'en croire, les inquiétudes de Berlin concernant la fuite de technologie et d'emplois vers la Chine n'ont pas lieu d'être.

Depuis le début de l'année, les investisseurs chinois ont réalisé 47 acquisitions d'entreprises allemandes pour un montant total de 10,3 milliards d'euros, contre 29 opérations pour 263 millions d'euros sur la totalité de l'année 2015, selon les données de Thomson Reuters.

Ces déclarations chinoises interviennent au moment de la visite à Pékin du ministre allemand de l'Economie, le vice-chancelier Sigmar Gabriel, qui a fait part des inquiétudes de Berlin lors de ses entretiens, mardi, avec des responsables gouvernementaux chinois. (Yawen Chen et Kevin Yao; Jean-Philippe Lefief et Eric Faye pour le service français)