31 octobre 2016 / 12:12 / il y a 10 mois

LEAD 3-GB-Carney penche pour rester huit ans à la tête de la BoE-presse

* Theresa May exprime son soutien au gouverneur de la BoE

* Les deux ont eu un entretien au 10 Downing Street-presse

* La livre a connu en octobre son pire mois depuis juin (Actualisé avec entretien Carney/May, changes, graphiques)

par William Schomberg

LONDRES, 31 octobre (Reuters) - Mark Carney, le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), penche pour rester huit ans à la tête de la banque centrale, en dépit des critiques et des appels à quitter ses fonctions après cinq ans seulement, rapportent lundi plusieurs médias.

Mark Carney a été critiqué à plusieurs reprises par des élus et des responsables conservateurs favorables à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne en raison de ses avertissements sur les implications économiques d'un Brexit pendant la campagne du référendum du 23 juin.

Il a déclaré qu'il annoncerait d'ici à la fin de l'année s'il choisit de conserver son poste jusqu'en 2021 ou s'il quitte ses fonctions dès la mi-2018.

L'incertitude autour du devenir de Mark Carney et, au-delà, la crainte d'une remise en cause de l'indépendance de la banque centrale ont fait retomber la livre sterling sous le seuil de 1,22 dollar, au terme d'un mois d'octobre qui restera le plus mauvais pour la devise britannique depuis juin.

Mark Carney doit tenir une conférence de presse jeudi après la réunion de politique monétaire de la BoE et pourrait profiter de l'occasion pour rendre publique sa décision.

Le gouverneur a été reçu lundi pendant une heure et 40 minutes par la Première ministre Theresa May au 10 Downing Street, a rapporté Sky News. La BBC avait évoqué auparavant un entretien "prévu de longue date".

La porte-parole de Theresa May n'a pas souhaité commenter ces informations.

Le Financial Times écrit que Mark Carney, qui dirige la BoE depuis 2013, est prêt à rester en poste pour un mandat prolongé à huit ans au lieu des cinq ans initiaux. La BBC rapporte de son côté que plusieurs proches de Carney pensent qu'il penche en faveur d'un maintien jusqu'en 2021.

Ces informations contredisent plusieurs articles publiés pendant le week-end selon lesquels le Canadien pourrait annoncer qu'il quittera ses fonctions en 2018.

Le Sunday Times a ainsi expliqué que le gouverneur était déçu par l'entourage de la Première ministre et qu'il avait de moins bonnes relations avec l'actuel ministre des Finances, Philip Hammond, qu'avec son prédécesseur, George Osborne.

THERESA MAY CHERCHE À CALMER LE JEU

Theresa May a récemment critiqué la politique de taux d'intérêt bas de la Banque d'Angleterre, pourtant indépendante, ce qui a conduit Mark Carney a affirmer qu'il ne se laisserait pas dicter ses décisions par des responsables politiques.

Le gouverneur de la BoE doit s'entretenir avec Theresa May et Philip Hammond avant de prendre sa décision, précise le FT.

Avant le tête-à-tête de lundi après-midi, la porte-parole de Theresa May a déclaré que la Première ministre soutenait sans ambiguïté Mark Carney et qu'elle apprécierait qu'il reste en place jusqu'en 2021.

"La Première ministre a clairement indiqué qu'elle soutenait le gouverneur et son travail pour le pays," a dit la porte-parole à des journalistes.

"C'est clairement sa décision à lui mais la Première ministre serait certainement favorable à son choix s'il décidait d'aller au-delà de cinq ans", a-t-elle dit.

"La Première ministre a toujours eu une bonne relation de travail avec le gouverneur de la Banque d'Angleterre et souhaite que cela continue", a ajouté la porte-parole.

La semaine dernière, Mark Carney a déclaré que son choix s'appuierait sur des considérations d'ordre plus personnel que politique et qu'il aurait besoin de temps pour la prendre.

En attendant, certains partisans du Brexit continuent de le prendre pour cible, à l'instar de Daniel Hannan, un député européen conservateur.

"C'est à lui (de choisir de prolonger ou pas son mandat) mais s'il choisit de rester, c'est à la condition de ne pas être un banquier-rock star qui se permet de dire à l'Ecosse si elle doit rester en Grande-Bretagne et comment voter, et de s'en tenir à sa mission", a-t-il à la BBC.

Mark Carney a par ailleurs reçu le soutien de Martin Sorrell, le directeur général du géant de la publicité WPP . "J'espère que Mark Carney restera, cela réduira le niveau d'incertitude", a-t-il dit lundi à Reuters.

La livre cédait 0,2% à 1,2163 dollar sur le marché des changes lundi, portant ses pertes à 6% sur le mois d'octobre.

"Les spéculations sur Carney qui renoncerait à poursuivre au-delà de 2018 ont ébranlé les investisseurs", rapporte Philip Shaw, chef économiste chez Investec. "Tant que sa décision de rester n'aura pas été formellement annoncée, les marchés auront raison de considérer cette situation comme étant porteuse d'incertitudes."

Voir aussi les graphiques : Sterling et rendements des gilts bit.ly/2dgAXn1 La livre face aux autres devises tmsnrt.rs/2egbfVh

avec Paul Sandle, Sarah Young et Jemima Kelly; Marc Angrand et Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below