** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

lundi 31 octobre 2016 07h45
 

PARIS, 31 octobre (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont
attendues en légère baisse lundi à l'ouverture, dans le sillage de Wall Street
vendredi et des marchés asiatiques, après le regain inattendu d'incertitude
apporté à la campagne présidentielle américaine par le dernier rebondissement en
date de l'affaire de la messagerie électronique d'Hillary Clinton.
    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien 
pourrait perdre jusqu'à 0,2% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,1% et
le FTSE à Londres 0,2%. 
    La Bourse de Tokyo a terminé la journée en léger repli, le Nikkei cédant
0,12%, mais elle affiche sur l'ensemble du mois d'octobre une hausse de près de
6%, dans des volumes néanmoins au plus bas depuis le début de l'année.
    L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon)
 gagne quant à lui 0,26%.
    Vendredi, Wall Street a fini dans le rouge après avoir cédé du terrain en
réaction à l'annonce par le directeur du FBI de nouvelles investigations dans
l'affaire à rebondissements de l'utilisation par Hillary Clinton d'un serveur
privé de messagerie électronique lorsqu'elle dirigeait la diplomatie américaine.
La nouvelle a parallèlement provoqué une nette augmentation de la volatilité.
  
    Ce nouvel épisode pourrait remettre en cause le scénario, jusqu'alors
privilégié par les marchés, d'une victoire de la candidate démocrate à la Maison
blanche. 
    "Il ne fait guère de doutes qu'une victoire de Trump déclencherait un
mouvement de vente sur les marchés actions aux niveaux actuels", a commenté Rick
Spooner, responsable de l'analyse de marché de CMC Markets à Sydney, dans une
note. "Cela rend les traders nerveux et ils commencent leur semaine en intégrant
les dernières informations sur les problèmes d'emails d'Hillary Clinton."
    Sur le marché des changes, si le dollar est orienté à la hausse lundi et
s'achemine vers une performance positive sur l'ensemble du mois d'octobre, il
reste en retrait sur ses récents plus hauts en raison des incertitudes sur
l'issue de la présidentielle américaine. L'euro se traite autour de 1,0967
dollar. 
    Les cambistes devraient rester prudents dans les jours à venir, qui seront
marqués par la réunion de politique monétaire de la Fed et par les chiffres de
l'emploi aux Etats-Unis. 
    Le marché pétrolier est orienté à la baisse après l'échec des discussions de
la fin de semaine à Vienne sur les modalités d'application d'un accord de
réduction de la production. 
    Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 21 cents à 48,49
dollars le baril, le Brent 23 cents à 49,48 dollars. 
    
  PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES À L'AGENDA DU 31 OCTOBRE:
 PAYS    GMT    INDICATEUR                   PÉRIODE     CONSENSUS  PRÉCÉDENT
 DE      07h00  Ventes au détail             septembre   +0,2%      -0,4%
                - sur un an                              +1,6%      +3,7%
 EZ      08h00  Inflation sur un an (1ère    octobre     +0,5%      +0,4%
                estim.)                                             
 EZ      08h00  PIB (1ère estimation)        T3          +0,3%      +0,3%
                - sur un an                              +1,6%      +1,6%
 US      12h30  Revenus des ménages          septembre   +0,4%      +0,2%
                Consommation des ménages                 +0,5%      inch.
                Inflation PCE "core"                     +0,1%      +0,2%
                - sur un an                                         +1,7%
 US      13h45  Indice PMI de Chicago        octobre     54,0       54,2
     
    VALEURS À SUIVRE: 
    * Les PARAPÉTROLIÈRES pourraient réagir aux informations du Wall Street
Journal selon lesquelles GENERAL ELECTRIC est proche d'un accord sur la
fusion de ses activités pétrolières et gazières avec BAKER HUGHES. 
    
    * SAINT-GOBAIN a confirmé vendredi sa volonté de poursuivre son
projet de rachat de Sika malgré la décision d'un tribunal suisse
favorable au groupe suisse, opposé à l'opération.  La
famille fondatrice de Sika a fait savoir dimanche qu'elle souhaitait que les
trois parties négocient en vue d'un compromis. 
    
    * SANOFI a fait savoir vendredi que la FDA américaine ne lui avait
pas encore accordé de licence pour la commercialisation aux Etats-Unis du
Sarilumab, mais qu'elle ne s'était pas montrée préoccupée par l'innocuité ou
l'efficacité du traitement de la polyarthrite rhumatoïde. 
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 
    

 (Marc Angrand pour le service français, avec Nichola Saminather à Singapour,
édité par Patrick Vignal)