Législatives serrées en Islande, les Pirates pourraient gagner

vendredi 28 octobre 2016 15h01
 

REYKJAVIK, 28 octobre (Reuters) - Le résultat des élections législatives islandaises s'annonce indécis à la veille d'un scrutin qui pourrait consacrer le Parti pirate, une formation politique contestataire, que les sondages placent au coude-à-coude avec les conservateurs du Parti de l'indépendance.

Ces élections ont été provoquées par la démission du Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson après l'affaire des "Panama papers".

Surfant sur le mécontentement populaire dans un des pays qui a subi les conséquences de la crise financière de 2008, un sondage créditait vendredi le Parti pirate de 21% des intentions de vote, légèrement derrière les conservateurs du Parti de l'indépendance (22,5%), membre de la coalition au pouvoir.

Le programme du Parti pirate propose, parmi d'autres choses, d'accorder l'asile politique à l'ancien analyste de la CIA Edward Snowden, d'accepter le bitcoin comme monnaie et engager un combat contre la corruption.

Le Parti progressiste du Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson ne recueille quant à lui que 10% des intentions de vote dans l'enquête d'opinion publiée par le Morgunbladid. Il a subi de plein fouet les révélations des "Panama papers" liant son épouse à une société domiciliée dans un paradis fiscal.

S'il arrivait en tête, le Parti pirate chercherait à former une coalition avec les formations de l'opposition, le Mouvement Vert-Rouge, l'Alliance sociale-démocrate et les Libéraux-écologistes d'Avenir radieux. (Zoe Robert à Reykjavik et Daniel Dickson à Stockholm, Nicolas Delame pour le service français)