LEAD 1-Avertissement sans frais du parlement espagnol à Mariano Rajoy

jeudi 27 octobre 2016 21h10
 

(Actualisé tout du long)

MADRID, 27 octobre (Reuters) - L'opposition espagnole, Parti socialiste en tête, a lancé jeudi un avertissement sans frais au Premier ministre conservateur Mariano Rajoy en lui refusant la confiance qu'il sollicitait afin de sortir l'Espagne de dix mois de crise institutionnelle.

Après deux élections législatives, en décembre et en juin, qui n'ont pas permis d'obtenir une majorité claire à la chambre des députés, les parlementaires ont tenu à rappeler à Rajoy qu'il ne pourrait gouverner qu'avec un cabinet minoritaire.

Les socialistes du PSOE ont voté contre leur adversaire jeudi mais ont prévu de s'abstenir samedi lorsque Rajoy demandera une seconde fois la confiance des élus.

Le président du gouvernement devrait alors obtenir grâce au Parti populaire (PP), première formation politique du pays, une majorité relative suffisante pour qu'il puisse entamer un second mandat.

Le PSOE a clairement fait comprendre à Rajoy qu'il n'aurait pas les mains libres et a répété qu'il s'opposerait à d'éventuelles mesures d'austérité venant s'ajouter à celles déjà prises.

Si le parti Podemos (anti-austérité) reste farouchement opposé à Rajoy, les socialistes sont parvenus à définir une conduite commune après avoir vécu une crise interne conclue par la démission de leur patron, Pedro Sanchez, le 1er octobre.

La décision de s'abstenir lors du second vote de confiance samedi ne fait pas l'unanimité au sein de la formation de gauche, limitant encore un peu plus la marge de manoeuvre du futur gouvernement.

Le parti catalan a pour sa part annoncé que sa position serait le "non" en raison de l'opposition de Rajoy à l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la région.

La priorité du gouvernement Rajoy sera de s'attaquer à la réduction du déficit budgétaire et de répondre aux exigences de Bruxelles qui demande des économies d'au moins cinq milliards de d'euros pour 2017. (Carlos Ruano et Angus Berwick; Pierre Sérisier pour le service français)