La politique de la BCE risque de perdre en efficacité-Mersch

jeudi 27 octobre 2016 19h23
 

FRANCFORT, 27 octobre (Reuters) - L'efficacité de la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) risque de diminuer dans le temps et les effets secondaires au contraire de s'intensifier, a déclaré jeudi Yves Mersch, membres du directoire de la BCE.

"Plus les mesures seront en place longtemps et moins elles risquent d'être efficaces", a-t-il dit, alors que l'institut d'émission envisage de prolonger son programme de rachats d'actifs.

"Le fait qu'allouer davantage de prêts dans la zone euro n'a plus autant d'effet et que les banques allemandes disent que le taux de dépôt négatif restreint les volumes de crédit mérite qu'on y prête attention", a-t-il ajouté.

"Il faut veiller à ce que cette évolution ne s'étende pas à d'autres pays de la zone euro".

Un peu auparavant Ewald Nowotny, membre du Conseil des gouverneurs de l'institution de Francfort, déclarait que la BCE se prononcerait en décembre sur le mécanisme de prolongement de son programme d'assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE), a déclaré jeudi

"Il y aura deux décisions", a dit le gouverneur de la banque centrale autrichienne lors d'un discours à Chypre. "Elle ne sont pas aussi spectaculaires qu'il y paraît. L'une, bien sûr, est de prolonger le QE, à quelle échelle et pour quelle durée".

La deuxième décision concernera le type d'actifs que la BCE rachètera. "En avons-nous assez à acheter? Nous venons juste d'engager la discussion sur ce point", a-t-il ajouté. (Balazs Koranyi, Patrick Vignal et Wilfrid Exbrayat pour le service français)