Audi quitte les 24h du Mans pour se consacrer à la Formule-E

mercredi 26 octobre 2016 18h48
 

BERLIN, 26 octobre (Reuters) - Audi a annoncé mercredi l'arrêt de sa participation aux 24 Heures du Mans et au Championnat du monde d'endurance pour porter ses efforts sur la Formule E, le championnat des voitures électriques dans lequel il s'alignera l'an prochain.

Le constructeur allemand, éclaboussé par le scandale du "Dieselgate" dans le sillage de sa maison mère Volkswagen , a comme elle opéré un tournant stratégique vers la voiture électrique et la conduite autonome.

"Pour nous, la course du futur sera électronique", a déclaré le président du directoire Rupert Stadler au personnel de la division de voitures de sport, selon un communiqué d'Audi.

"Comme nos voitures de série sont devenues de plus en plus électriques, nos voitures de course, fers de lance technologiques d'Audi, doivent l'être encore plus", a-t-il fait valoir.

Après le scandale des tests antipollution truqués sur ses moteurs diesel et ceux de VW, Audi s'est fixé comme objectif de porter à 25% la part des véhicules à zéro émission dans ses ventes à l'horizon de 2025.

Audi, qui publiera vendredi ses résultats du troisième trimestre, a démenti un article du journal Handelsblatt chiffrant à 300 millions d'euros par an les économies réalisées avec le retrait du Championnat du monde d'endurance. Une source a évoqué une économie annuelle de près de 100 millions d'euros.

La filiale haut de gamme de Volkswagen a mis de côté plus d'un demi-milliard d'euros pour couvrir les coûts du scandale des tests d'émission truqués et du possible rappel de véhicules équipés d'airbags de Takata.

Audi avait remporté 13 des 18 dernières éditions des 24 Heures du Mans, la plus prestigieuse des courses d'endurance dans le monde.

Son retrait laisse seulement deux constructeurs en lice pour le Championnat du monde d'endurance (WEC), Porsche, vainqueur des deux dernières éditions avec des moteurs hybrides, et Toyota.

La décision d'Audi renforce en revanche l'attrait de la Formule E, qui a déjà séduit les allemands BMW et Mercedes ainsi que Renault, Citroën, Jaguar et l'indien Mahindra.

"Je suis surpris comme tout le monde", a dit à Reuters Alejandro Agag, le patron de Formula E. "C'est la confirmation que la Formule E va dans la bonne direction." (Andreas Cremer, Véronique Tison pour le service français)