CORR-France-Croissance de 0,2% au T3, le T1 revu en baisse

vendredi 28 octobre 2016 09h42
 

(Au 6e paragraphe, bien lire que la contribution de la demande
intérieure a été de 0,1 point)
    PARIS, 28 octobre (Reuters) - La croissance de l'économie
française a rebondi de 0,2% au troisième trimestre après son
trou d'air du printemps, la contribution positive des variations
de stocks permettant de compenser une demande intérieure
poussive et le solde négatif du commerce extérieur, selon les
premiers résultats publiés vendredi par l'Insee.
    L'institut a dans le même temps confirmé le chiffre du
deuxième trimestre, à savoir un recul de 0,1% du produit
intérieur brut (PIB) mais il a revu en baisse de 0,1 point la
croissance du premier trimestre, à +0,6%.     
    L'acquis de croissance pour 2016, à savoir l'évolution du
produit intérieur brut (PIB) si l'activité stagnait au
quatrième, se situe à 1,1% au 30 septembre, ce qui affaiblit
l'hypothèse d'une croissance de 1,5% sur l'ensemble de l'année
retenue par le gouvernement. 
    "C'est un chiffre conforme aux prévisions qui, certes, rend
plus difficile d'atteindre 1,5% de croissance cette année sans
pour autant remettre en cause la dynamique de reprise à l'oeuvre
depuis un an et demi", a estimé le ministre de l'Economie et des
Finances, Michel Sapin, dans un communiqué.        
    Les 37 économistes interrogés par Reuters anticipaient en
moyenne une croissance de 0,3% pour le troisième trimestre,
comme la Banque de France. Mais dans sa dernière prévision,
publiée au début du mois, l'Insee anticipait une croissance de
0,2%.
    Comme sur la période avril-juin, la contribution de la
demande intérieure finale s'est établie à +0,1 point au
troisième trimestre.
    Celle de la variation des stocks des entreprises, très
volatile, a atteint +0,6 point après -0,8 point au trimestre
précédent, ce qui a permis de compenser la contribution négative
du commerce extérieur, qui ressort à -0,5 point après +0,6 point
au deuxième trimestre.
    Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages,
traditionnel moteur de l'économie française, ont stagné pour le
deuxième trimestre consécutif.
    L'investissement global a progressé de 0,3%, l'accélération
de l'investissement public (+1,1% après +0,4%) et de celui des
ménages (+0,8% après +0,4%) ayant permis de compenser un
deuxième recul consécutif de l'investissement des entreprises
(-0,3% au deuxième comme au troisième trimestre). 
            
    Statistiques détaillées sur le site de l'Insee :    
    bit.ly/2eqT7sM
    
 Les indicateurs français en temps réel                  
 Les indicateurs de la zone euro en temps réel           
 Le point sur la conjoncture française                   
 
 (Myriam Rivet, édité par Marc Angrand)