Les familles Piëch et Porsche font bloc derrière Volkswagen

dimanche 23 octobre 2016 16h50
 

FRANCFORT, 23 octobre (Reuters) - Les familles Piëch et Porsche qui contrôlent plus de 52% du capital de Volkswagen font bloc derrière la direction du groupe, mettant de côté leurs différends le temps que le constructeur surmonte le scandale du "Dieselgate", rapporte Der Spiegel.

Dans une rare interview, Hans Michel Piëch et Wolfgang Porsche expriment leur soutien au président du conseil de surveillance de VW, Hans Dieter Pötsch, et au président du directoire Matthias Müller, en promettant en outre de ne pas se mêler de la gestion au jour le jour du premier constructeur automobile allemand.

Les deux familles s'étaient affrontées l'an passé et Ferdinand Piëch, le patriarche du groupe, avait fini par démissionner du conseil de surveillance, où siège désormais son frère Hans Michel.

Certains investisseurs craignaient que les tensions entre les deux familles ne freinent les efforts de VW pour réduire ses coûts et embrasser les nouvelles tendances de l'industrie automobile comme la voiture électrique ou la conduite autonome.

"Nous sommes différents et nous considérons différemment notre tâche de représentants des familles", a déclaré Hans Michel Piëch, tout en insistant comme Wolfgang Porsche sur leur capacité à parvenir à un consensus.

Wolfgang Porsche a assuré que cela resterait le cas même avec la décision récente de porter à 34 le nombre de membres de la famille disposant de droits de vote.

"Les 34 ne siègeront pas tous au conseil de surveillance et n'auront pas tous voix au chapitre, d'ailleurs ils n'y tiennent pas. Ce qui est important c'est que la prochaine génération (...) ait un réel intérêt pour le groupe et ne se contente pas d'attendre les dividendes", a-t-il dit dans l'interview publiée samedi.

Volkswagen a mis de côté 17,7 milliards d'euros en prévision des coûts du scandale de ses tests anti-pollution truqués, qui a éclaté en septembre 2015 et affecté des millions de véhicules dans le monde. (Harro ten Wolde et Edward Taylor, Véronique Tison pour le service français)