Bombardier annonce la suppression de 7.500 postes d'ici 2018

vendredi 21 octobre 2016 13h11
 

21 octobre (Reuters) - Bombardier a annoncé vendredi de nouvelles suppressions de postes qui portent sur environ 10% de ses effectifs sur deux ans, dans le cadre de la restructuration de ses activités de matériel de transport ferroviaire.

En février, le groupe basé à Montréal avait déjà annoncé a suppression de 7.000 postes.

Vendredi, il Bombardier précise que les deux tiers des 7.500 suppressions prévues d'ici 2018 affecteront sa division ferroviaire.

Comme en février, les suppressions de postes seront en partie compensées par des "embauches stratégiques" dans les secteurs en croissance, soit l'avion de ligne CSeries et l'avion d'affaires Global 7000, dont le premier vol est prévue le mois prochain mais dont le développement accuse deux ans de retard.

"Les actions particulières qui seront prises par Bombardier incluent la rationalisation des fonctions administratives et d'autres fonctions non liées à la production dans l'ensemble de l'entreprise (...)", précise l'entreprise.

"Environ 7.500 postes seront touchés lorsque l'entreprise optimisera ses effectifs et spécialisera certains sites d'ici la fin de 2018. L'impact de cette restructuration sur les emplois sera en partie compensé par des embauches stratégiques visant à soutenir l'accélération de nos programmes en croissance, notamment le CSeries et le Global 7000, ainsi que les principaux contrats ferroviaires remportés."

Début septembre, Bombardier avait divisé par plus de deux sa prévision de livraisons d'avions CSeries durant l'année en précisant que son chiffre d'affaires annuel se situerait dans le bas de la fourchette évoquée jusqu'alors.

Le programme CSeries a failli conduire Bombardier au dépôt de bilan l'an dernier mais le constructeur a été renfloué depuis, notamment grâce à un accord d'un milliard de dollars conclu en octobre avec la province du Québec. (Allison Lampert, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)