France-La fin des centrales à charbon renvoyée à plus tard

vendredi 21 octobre 2016 02h47
 

* Eckert juge "judicieux" de temporiser

* Une promesse de François Hollande confirmée par Royal

* Les dernières centrales à charbon dans le collimateur

* Difficultés juridiques et contexte social délicat

* Une échéance reportée à 2023 ?

PARIS, 21 octobre (Reuters) - Le gouvernement français souhaite étaler dans le temps la fin programmée des centrales à charbon pour tenir compte de diverses contraintes sociales et juridiques, a déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi le secrétaire d'Etat au Budget à l'Assemblée.

L'instauration par la loi de finances rectificative de fin 2016 d'un prix plancher du carbone pour la production électrique au charbon, afin d'anticiper une future réforme du marché européen du CO2, ne paraît donc plus désormais d'actualité.

Le chef de l'Etat, François Hollande, l'avait pourtant annoncée solennellement à la conférence environnementale d'avril dernier et cette promesse avait été confirmée en juillet par la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal.

L'idée était d'instaurer un prix plancher d'environ 30 euros la tonne de CO2 émis par les centrales au charbon, condamnant à brève échéance les cinq dernières unités de ce type en France.   Suite...