Notre-Dame-des-Landes se fera en tentant d'éviter la violence-Valls

lundi 17 octobre 2016 17h20
 

PARIS, 17 octobre (Reuters) - L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) se fera, avec la volonté de la part des autorités d'éviter les violences, a déclaré lundi Manuel Valls.

Le Premier ministre, qui a annoncé il y a quelques jours que l'expulsion des occupants du site aurait lieu cet automne, s'exprimait au lendemain de déclarations de la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, en faveur de l'abandon du projet.

"Maintenant, les choses doivent se faire mais encore une fois avec méthode, avec la volonté d'éviter la violence", a-t-il dit, lors d'un déplacement au Salon international de l'alimentation.

"Mais la violence ne vient jamais, vous savez, de l'Etat, elle ne vient pas des forces de l'ordre, elle vient de groupes qui (...) ont dit ne pas vouloir respecter la démocratie", a-t-il ajouté.

Manuel Valls a souligné qu'il partageait avec Ségolène Royal le souhait d'éviter les violences, avant d'ajouter : "moi comme chef du gouvernement, je dois faire respecter l'autorité de l'Etat, pas une autorité qui serait une volonté d'imposer coûte que coûte un projet. Une autorité qui est fondée sur le vote des habitants de la Loire-Atlantique, soutenu très largement par les habitants de l'Ouest français." (Jean-Baptiste Vey et Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)