Italie-Moins d'allégements fiscaux dans le projet de budget 2017

vendredi 14 octobre 2016 17h50
 

ROME, 14 octobre (Reuters) - Le projet de budget de l'Italie pour 2017 devrait être approuvé samedi en conseil des ministres après adoption d'une modeste réduction du déficit public, dans le but d'inciter la Commission européenne à lui donner son aval.

Le président du Conseil, Matteo Renzi, qui joue son avenir politique avec le référendum de modification de la Constitution prévu début décembre, a dit vouloir maintenir le déficit public à 2,4% du produit intérieur brut (PIB), soit au même niveau de ce qui devra avoir été atteint en 2016, mais la Commission européenne souhaite que l'Italie fasse un effort.

Un compromis devrait être trouvé aux alentours de 2,2%, dit-on dans l'entourage du gouvernement, soit tout de même le double de ce qui avait été prévu pour 2017 il y a quelque mois (1,1%).

La Commission européenne estime que l'Italie ne peut réduire sa dette publique, qui a atteint un record de 133% du PIB, qu'en réduisant son déficit public, compte tenu de la faiblesse de sa croissance économique.

Le projet de loi de finances a été conçu sur la base d'une hypothèse de croissance de 1% pour 2017, ce qui est supérieur aux prévisions de la plupart des économistes.

Les grands axes budgétaires ont déjà été fixés par le ministre de l'Economie, Pier Carlo Padoan. Les allégements fiscaux qui avaient été la marque des deux précédents budgets sont moins présents mais la hausse de la TVA qui avait un temps été évoquée n'est finalement plus d'actualité.

Une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée aurait accru les recettes budgétaires d'environ 15 milliards d'euros. Cette somme devra donc être trouvée autrement.

Le gouvernement a pour l'instant indiqué que 2,6 milliards d'euros seraient économisés grâce à une réduction des dépenses. Il est également prévu une hausse des rentrées fiscales de 8,5 milliards d'euros environ dans le cadre de la lutte contre la fraude fiscale.

La loi de finances prévoit également neuf milliards d'euros de mesures incitatives pour stimuler la croissance et notamment des avantages fiscaux pour les sociétés qui investissent en matière d'équipement et pour les particuliers qui entreprennent des travaux d'amélioration de l'habitat.

Une enveloppe de 1,6 milliard d'euros est prévue pour permettre le départ à la retraite anticipé de certaines catégories de salariés. Des fonds sont également prévus pour la reconstruction des villes touchées par le tremblement de terre du mois d'août. (Giuseppe Fonte; Danielle Rouquié pour le service français)