L'UE ne conteste pas le plan pour le site Alstom de Belfort

vendredi 14 octobre 2016 11h20
 

FLORENCE, 14 octobre (Reuters) - Le plan de sauvetage élaboré par le gouvernement français pour le site Alstom de Belfort ne soulève pas de problème en matière d'aide d'Etat aux yeux de la Commission européenne, a déclaré vendredi Margrethe Vestager.

"Non, nous n'avons bien sûr jusqu'à présent aucune inquiétude, ce dossier n'est pas sur notre bureau. Et s'il n'y a pas de dossier, il n'y a pas de décision dans les tuyaux", a dit la commissaire européenne à la Concurrence en marge d'une conférence à Florence.

Pour préserver les activités sur le site de Belfort, l'Etat français a commandé, pour environ 500 millions d'euros, 15 TGV voués à rouler sur des voies traditionnelles qui ne seront au mieux transformées en lignes à grande vitesse qu'en 2025-2030, avec les coûts supplémentaires de fonctionnement que cela suppose.

Quelque 70 millions d'euros seront par ailleurs investis au cours des prochaines années à Belfort. L'Etat français détient une participation de 20% dans Alstom.

(Foo Yun Chee; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)