La CFDT veut un repreneur européen pour STX France

jeudi 13 octobre 2016 12h17
 

PARIS, 13 octobre (Reuters) - Le premier secrétaire de la CFDT, Laurent Berger, souhaite un repreneur européen pour les chantiers navals de Saint-Nazaire, aujourd'hui en majorité propriété du groupe coréen STX Offshore & Shipbuilding , qui souhaite se désengager.

"Il faut plutôt un industriel européen et que la pérennité de l'emploi soit garantie", dit-il dans une interview publiée jeudi par Les Echos.

"A l'Etat de s'opposer si le projet de reprise comporte un risque de perte du savoir-faire", ajoute-t-il.

Le constructeur naval militaire français DCNS regarde "de près" l'opportunité d'une participation minoritaire dans les chantiers de Saint-Nazaire, a déclaré mercredi son PDG Hervé Guillou.

STX Offshore & Shipbuilding a été placé en redressement judiciaire début septembre et la procédure prévoit la cession de sa participation dans les chantiers de Saint-Nazaire.

Des repreneurs éventuels se sont déjà fait connaître. La crainte des syndicats et des élus locaux est notamment que STX France passe sous pavillon chinois.

L'Etat français, qui dispose d'une minorité de blocage d'un tiers dans le capital de STX France, a fait savoir par le ministère de l'Economie et des Finances qu'il n'envisageait pas d'y prendre une part majoritaire mais comptait peser sur le choix du repreneur. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)