Les banquiers de la City mettent en garde contre un "Brexit dur"

mardi 11 octobre 2016 17h55
 

par Andrew MacAskill et Anjuli Davies

LONDRES, 11 octobre (Reuters) - Plusieurs représentants d'institutions financières de la City ont mis en garde mardi contre le risque d'une relocalisation de leurs activités ailleurs en Europe dès le début de l'année prochaine s'ils n'obtiennent aucune garantie sur le maintien de leur accès au marché unique européen dans le cadre des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Plusieurs représentants des implantations européennes de grandes banques internationales se sont aussi alarmés des conséquences pour l'économie britannique des positions prises par le gouvernement sur l'immigration.

James Bardrick, qui dirige les activités de la banque américaine Citi en Grande-Bretagne, dit que le principal dilemme pour l'industrie financière est de savoir à quel moment les plans d'urgence destinés à protéger ses intérêts et élaborés après le vote britannique en faveur du Brexit devront être déclenchés.

"Comment et à quel moment commençons nous à prendre des décisions... sachant que le plan est prêt à être lancé... cela pourrait être au premier trimestre 2017", a -t-il dit lors d'une conférence.

La première ministre britannique Theresa May a dit qu'elle enclencherait le processus des négociations sur le Brexit avant la fin mars 2017. Elle a surtout laissé entendre la semaine dernière qu'elle était favorable à un "Brexit dur" qui verrait Londres renoncer aux avantages de l'accès au marché unique européen pour regagner sa souveraineté en matière de politique migratoire.

L'avenir de la City, premier centre financier européen, sera l'un des points clés des négociations alors que les banques établies à Londres espèrent bien conserver l'accès au marché unique européen.

Rob Rooney, directeur général de Morgan Stanley International, a dit lui aussi que sa banque devrait déplacer une partie de ses activités et de ses effectifs si le Royaume-Uni renonçait à l'accès au marché unique.

  Suite...