** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

lundi 10 octobre 2016 08h11
 

PARIS, 10 octobre (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues en
légère hausse lundi à l'ouverture, au lendemain d'un débat tendu entre les deux
candidats à l'élection présidentielle aux Etats-Unis qui, au vu des premiers
sondages, semble avoir été remporté par la candidate qui a la faveur des
marchés.
    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien 
pourrait gagner 0,2% à 0,3% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,2% et
le FTSE à Londres 0,3%. 
    Les marchés sont très attentifs au déroulement de la campagne de la
présidentielle américaine. Le deuxième débat entre la candidate démocrate
Hillary Clinton et le républicain Donald Trump a été pour le moins tendu, ce
dernier, fragilisé par le scandale créé par des propos sexistes, ayant tenté de
renverser la vapeur en mettant en cause les infidélités de Bill Clinton.
 
    En vain semble-t-il, en tout cas auprès de marchés qui semblent de plus en
plus convaincus qu'Hillary Clinton remportera le scrutin du 8 novembre, comme en
témoigne la hausse des futures des futures sur indices de Wall Street.
 
    Le site FiveThirtyEight du prévisionniste réputé Nate Silver établit à plus
de 81% la probabilité d'une victoire d'Hillary Clinton.
    Depuis juillet, Wall Street a fait largement du surplace dans l'attente à la
fois des résultats de sociétés du troisième trimestre et du vote du 8 novembre.
L'indice Standard & Poor's-500 a bien tenté un mouvement à la hausse en
août, atteignant un nouveau record, mais il a depuis reflué de 1,6%.
 
    En Asie, en l'absence de la Bourse de Tokyo fermée ce lundi pour cause de
jour férié, les places chinoises, qui ont rouvert après les fêtes marquant
l'anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, affichent
des gains de plus de 1%, tandis que l'indice MSCI de l'Asie-Pacifique hors Japon
 est à peine dans le vert (+0,08%).     
    L'actualité des banques centrales sera marquée cette semaine par la
publication du compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale et par
la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE), qui sera
très suivie après la chute à de nouveaux plus bas de 31 ans de la livre la
semaine dernière.
    Sur le marché des changes, les fluctuations sont minimes: le dollar est
stable face à un panier de devises de référence et progresse légèrement
face au yen et à l'euro.
    Le débat télévisé de la présidentielle américaine joue surtout sur le peso
mexicain et le dollar canadien, qui progressent à mesure que
les chances pour Donald Trump de remporter le scrutin semblent s'amenuiser car
ce dernier est partisan d'une renégociation de l'Accord de libre-échange
nord-américain, une perspective peu encourageante pour le Mexique et le Canada. 
    Le dollar monte un peu plus contre le sterling (+0,25%), après le
décrochage de la monnaie britannique survenu la semaine passée, les risques d'un
"hard Brexit", soit la perspective de voir la Grande-Bretagne payer le prix fort
sa sortie de l'Union européenne (UE), encourageant les cambistes à être "short"
sur la devise.
    En Asie, le yuan est tombé en deçà du seuil de 6,7 par dollar, à
un plus bas depuis septembre 2010 de 6,7051. Pour les cambistes, ce recul
résultait essentiellement de la vigueur déployée par le dollar la semaine
passée. Le yuan est ensuite remontée dans un marché attentiste qui s'interroge
sur les intentions de la Banque populaire de Chine (BPC). 
    Cette semaine sera aussi celle du début de la saison des résultats
trimestriels aux Etats-Unis mais aussi en Europe et d'une réunion informelle à
Istanbul entre pays de l'Opep et hors Opep, première d'une série que le cartel a
programmée dans les six semaines à venir. 
    Les barils de Brent et de WTI texan perdent de 0,8% à 0,9%,
le marché doutant que l'accord de réduction de la production inspiré par l'Opep
ait un réel effet sur la situation d'engorgement du marché. 
    L'Irak est venu apporter de l'eau à leur moulin en déclarant qu'il voulait
encore augmenter sa production en 2017.
    Enfin, l'augmentation des forages aux Etats-Unis pèse également sur le
marché, car ils indiquent que les producteurs américains pourraient augmenter
leur production à des cours variant autour de 50 dollars le baril.    

    
 
 PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES À L'AGENDA DU 10 OCTOBRE :
 PAYS    GMT    INDICATEUR                    PÉRIODE     CONSENSUS     PRÉCÉDENT
 DE      06h00  Balance commerciale           août        20,0 mds     19,4 mds
                Exportations                              +2,2%         -2,6%
                Importations                              +0,7%         -0,7%
 EZ      08h00  Indice Sentix                 octobre     6,3           5,6
 
    VALEURS À SUIVRE:
    
    * DEUTSCHE BANK - L'action est indiquée en baisse de 4,1% en
avant-Bourse, alors que le Bild, dans son édition de dimanche, écrit que le
président du directoire John Cryan n'a pu conclure d'accord avec le département
de la Justice lors d'une réunion à Washington. Le Bild était cité par Bloomberg.
    * AIR LIQUIDE a annoncé vendredi soir avoir finalisé le
refinancement de l'acquisition de la société américaine Airgas, après avoir
bouclé avec succès son augmentation de capital de 3,3 milliards d'euros.        
    * AIR FRANCE-KLM a annoncé un trafic en hausse de 0,9% en
septembre. 
    * ADP. Le groupe qui exploite les aéroports de Roissy et d'Orly à
Paris a annoncé une révision à la baisse de ses perspectives pour 2016 après
avoir enregistré un recul du trafic en septembre. 
    * LVMH publie après-Bourse son chiffre d'affaires du troisième
trimestre.

       
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 
    

 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)