Le yuan devient monnaie de réserve, son statut reste en débat

vendredi 30 septembre 2016 11h15
 

par Nathaniel Taplin

SHANGHAI, 30 septembre (Reuters) - Le yuan chinois devient officiellement samedi une monnaie de réserve, tout comme le dollar américain, l'euro, le yen ou la livre sterling, une nouvelle étape de l'affirmation de la Chine dans le concert des nations, sans que cela dissipe pour autant les doutes sur la sincérité de sa volonté de réforme.

Le yuan, aussi appelé renminbi (monnaie du peuple), sera intégré par le Fonds monétaire international (FMI) dans ses Droits de tirage spéciaux (DTS) le jour même de la Fête nationale chinoise, qui marque l'anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine en 1949.

L'événement en lui-même, annoncé l'an passé, ne devrait guère émouvoir les marchés mais il contribuera à éclairer un peu mieux une politique économique chinoise souvent obscure, notamment en matière de changes, à mesure que le yuan entrera dans les réserves de change des banques centrales.

Pékin a pris les marchés de court l'an dernier en dévaluant sa monnaie et a depuis laissé le yuan descendre vers un plancher de près de six ans, n'apaisant en rien les craintes suscitées par l'évolution de la conjoncture économique mondiale.

Certains observateurs craignent que la Chine, forte du succès avant tout diplomatique que représente l'entrée du yuan dans le "panier" du FMI, prenne encore tout son temps avant d'ouvrir un peu plus son marché et de réformer son secteur financier.

Une préoccupation manifestée clairement jeudi par Jack Lew, le secrétaire au Trésor des Etats-Unis, pour qui le yuan est "bien loin" d'avoir le statut d'une véritable monnaie de réserve, même s'il admet que des changements "colossaux" se sont produits ces dix dernières années.

"Etre intégré aux DTS du FMI est loin d'être équivalent à être une monnaie de réserve", a-t-il dit.

Bon nombre d'analystes ont le sentiment que réformer n'est plus la priorité d'un gouvernement chinois plus soucieux de stabiliser une économie dont la croissance est revenue en 2015 à son plus bas niveau depuis un quart de siècle.   Suite...