CGN compte obtenir l'aval de Londres pour un autre réacteur

vendredi 30 septembre 2016 02h50
 

SHANGHAI, 30 septembre (Reuters) - Le groupe nucléaire public chinois CGN, qui vient de signer le contrat de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point en Angleterre avec EDF, s'attend à obtenir l'aval de Londres pour un autre projet de réacteur à Bradwell d'ici cinq ans, a dit son président.

"CGN conduit une évaluation globale du système électrique, du site, du projet et du financement de la centrale Bradwell B", dans le sud-est de l'Angleterre, a déclaré He Yu, cité jeudi soir par l'agence Chine nouvelle.

"Nous soumettrons nos éléments pour le GDA (Generic Design Assessment, la procédure britannique d'évaluation-NDLR) immédiatement après la signature du contrat avec EDF afin d'obtenir l'approbation pour la construction", a-t-il ajouté.

He Yu a dit ne pas croire que les nouvelles dispositions du gouvernement de Londres en matière de sécurité relatives aux investissements étrangers dans l'industrie nucléaire n'entreront en conflit avec les pratiques de management, d'investissement et d'intéressement aux bénéfices de CGN (China General Nuclear Power Corp).

La Grande-Bretagne, la France et la Chine ont signé jeudi le contrat de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, un projet de 18 milliards de livres (environ 21 milliards d'euros) qui a donné lieu à des mois de négociations parfois tendues.

(Brenda Goh; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)