Allemagne-Facebook conteste une décision de protection des données

mardi 27 septembre 2016 17h49
 

FRANCFORT, 27 septembre (Reuters) - Facebook a fait savoir mardi qu'il ferait appel d'une décision lui ordonnant de ne plus récupérer et stocker les données des usagers allemands de son application de messagerie WhatsApp et de détruire toutes les données déjà collectées.

Johannes Caspar, le commissaire de Hambourg chargé de la protection des données et de la liberté de l'information, a dit que le premier réseau social au monde enfreignait le droit à la vie privée et n'avait reçu aucune autorisation de fait des 35 millions d'usagers de WhatsApp en Allemagne.

"A la suite de l'acquisition de WhatsApp par Facebook il y a deux ans, les deux parties avaient publiquement affirmé que les données ne seraient pas partagées mutuellement", explique le commissaire dans un communiqué.

Facebook, dont le siège social allemand se trouve à Hambourg, avait racheté WhatsApp 19 milliards de dollars (17 milliards d'euros) dans le but d'atteindre une audience plus jeune.

"Le fait que ça se produise maintenant n'est pas seulement une tromperie pour leurs usagers et le public mais également une infraction au droit national de la protection des données", ajoute Caspar.

"Nous ferons appel de cette décision et travaillerons avec les autorités de Hambourg pour répondre à leurs questions et résoudre tout problème", a réagi Facebook.

Le commissaire hambourgeois considère que Facebook et WhatsApp sont deux sociétés indépendantes qui doivent en conséquence traiter les données de leurs usagers selon leurs propres conditions et politique de confidentialité.

Les autorités européennes et américaines ont fait savoir qu'elles étudieraient les changements apportés par WhatsApp à sa politique de confidentialité en août.

(Harro Ten WOlde, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)