Wall Street ouvre en baisse avant le premier débat Clinton-Trump

lundi 26 septembre 2016 15h45
 

26 septembre (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en baisse lundi, les investisseurs préférant rester prudents quelques heures avant le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump en vue de l'élection présidentielle du 8 novembre aux Etats-Unis.

L'indice Dow Jones perd 112,18 points, soit 0,61%, à 18.149,27 dans les premiers échanges. Le Standard & Poor's 500 , plus large, recule de 0,53% à 2.153,14 points et le Nasdaq Composite cède 0,64% à 5.271,64 points.

Un sondage Reuters/Ipsos publié lundi indique que la moitié des électeurs probables aux Etats-Unis s'appuieront sur le débat télévisé de ce soir pour effectuer leur choix.

L'écart dans les intentions de vote s'est resserré entre Hillary Clinton et Donald Trump, qui est revenue sur sa rivale démocrate, et les investisseurs perçoivent une éventuelle victoire du candidat républicain comme un facteur potentiel d'incertitude et donc de volatilité sur les marchés.

"Les sondages donnent les deux candidats au coude à coude. Les débats pourraient accroître l'avance de l'un sur l'autre et c'est ce dont le marché a peur", dit Peter Cardillo, chez First Standard Financial à New York.

Apple, plus grande capitalisation boursière mondiale, contribue à alourdir la tendance avec un repli de l'ordre de 0,3%, le cabinet spécialisé GfK ayant affirmé la semaine dernière que les ventes du nouvel iPhone en Europe avaient un rythme nettement inférieur à celles de la précédente version du smartphone. Le titre avait déjà perdu 1,66% vendredi.

Le groupe pharmaceutique Pfizer cède 1,14% après l'abandon d'un projet de scission en deux sociétés cotées.

Le chimiste de spécialités Chemtura s'envole en revanche de 16% à la suite de l'annonce de son rachat par l'allemand Lanxess.

Egalement contre la tendance, le secteur de l'énergie est le seul à évoluer dans le vert (+0,14%) avec la progression des cours du pétrole dans l'attente des résultats de la réunion entre producteurs en Algérie.

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur (Yashaswini Swamynathan à Bangalore, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Juliette Rouillon)