BOURSE-Exane BNP Paribas dégrade Hermès et Kering, LVMH reste favori

lundi 26 septembre 2016 12h11
 

PARIS, 26 septembre (Reuters) - Hermès et Kering ont été dégradés lundi par Exane BNP Paribas qui a en revanche confirmé sa préférence pour LVMH, dont la diversification constitue un atout pour naviguer dans les "eaux traîtresses du luxe".

"Le secteur est en train de muer pour devenir une industrie 'normale' faite de croissance modeste, de plus forte consolidation, de besoin accru de contrôle des coûts et de capital", soulignent les analystes de la banque dans une note publiée lundi.

La faible croissance du secteur pourrait être durable et les risques macro-économiques persistent, notamment en Chine, ajoutent-ils.

Dans ce contexte, Hermès, qui a bénéficié de son positionnement très haut de gamme, "est maintenant devenue une méga-marque et l'expansion de ses capacités de production ne colle pas bien avec l'effet de rareté", écrivent-ils.

Les multiples boursiers de la valeur "sont aujourd'hui difficiles à justifier dans un environnement de faible croissance", note le bureau d'analyse, ramenant sa recommandation de "neutre" à "sous-performer" sur la valeur mais relevant son objectif de cours à 307 euros, contre 300.

Exane BNP Paribas a également abaissé sa recommandation sur Kering de "surperformance" à "neutre", estimant que si le groupe devrait bénéficier du redressement de Gucci, Bottega Veneta reste sous pression et que l'incertitude existe concernant Saint-Laurent depuis le départ de son directeur artistique Hedi Slimane. L'objectif de cours a toutefois été porté à 210 euros contre 184 euros.

A l'inverse, le broker a confirmé son opinion de "surperformance" sur LVMH avec un objectif de cours de 183 euros (180 euros auparavant). Le groupe peut profiter de sa taille pour faire des économies d'échelle dans une industrie où les coûts fixes sont importants.

Sa diversification dans les vins et spiritueux et les parfums et cosmétiques lui permet aussi d'offrir aux classes moyennes montantes une large gamme de produits accessibles, tandis que Louis Vuitton a bien négocié le développement de son offre.

A 12h00, Kering perdait 1,12% à 180,20 euros, Hermès 1,28% à 365,65 euros et LVMH 1,43% à 151,55 euros, dans un marché en recul de 1,83%. (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)