LEAD 1-Bruxelles n'exclut pas des sanctions contre Neelie Kroes

jeudi 22 septembre 2016 16h10
 

* Une ancienne commissaire épinglée dans les "Bahamas Leaks"

* Bruxelles n'exclut pas de prendre des sanctions

* Après Barroso chez Goldman, l'affaire tombe mal (Actualisé avec précisions, contexte, réactions)

par Francesco Guarascio et Alastair Macdonald

BRUXELLES, 22 septembre (Reuters) - La Commission européenne a fait savoir jeudi qu'elle n'excluait pas de prendre des sanctions à l'encontre de l'ancienne commissaire à la Concurrence Neelie Kroes s'il s'avère qu'elle avait omis de déclarer qu'elle était administratrice d'une société offshore aux Bahamas pendant son mandat.

Neelie Kroes, qui fut commissaire à la Concurrence de 2004 à 2009 puis vice-présidente de la Commission et commissaire à la Société numérique de 2009 à 2014, a reconnu qu'elle aurait dû déclarer son activité aux Bahamas, révélée mercredi par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).

La Commission européenne cherche à obtenir davantage de clarifications de la part de Neelie Kroes en plus des explications déjà fournies et n'exclut pas des sanctions si les faits qui lui sont reprochés sont confirmés, a déclaré un porte-parole de l'exécutif européen.

L'affaire est d'autant plus embarrassante pour Bruxelles qu'elle s'ajoute au tollé suscité par l'arrivée de José Manuel Barroso, ancien président de la Commission européenne, chez Goldman Sachs, banque mise en cause pour son rôle dans le la crise financière de 2008 puis dans la crise de la dette publique grecque qui a suivi.

La Commission ne pense pas que José Manuel Barroso ait enfreint son code de conduite mais elle a chargé un comité d'éthique d'étudier l'affaire.   Suite...