USA-UnitedHealth ne remboursera plus le Lantus de Sanofi

jeudi 22 septembre 2016 13h09
 

22 septembre (Reuters) - UnitedHealth Group arrêtera de rembourser certains médicaments à partir de 2017, dont l'antidiabétique Lantus de Sanofi, les assureurs maladie américains pesant de tout leur poids pour que les ordonnances orientent les patients vers les traitements les moins chers.

Le Basaglar, un biosimilaire de l'insuline conçu par Eli Lilly, passera en "catégorie 1", soit le taux de remboursement le plus élevé, tandis que le Levemir, du danois Novo Nordisk, passera de la "catégorie 1" à la "catégorie 2", précise UnitedHealth.

Un biosimilaire est un produit similaire à un médicament biologique dont le brevet est tombé dans le domaine public. Meilleur marché, il a des propriétés équivalentes en termes d'efficacité et d'effets secondaires.

CVS Health, deuxième chaîne pharmaceutique aux Etats-Unis, avait pris une décision similaire en août, retirant le Lantus de la liste des médicaments remboursables au bénéfice du Basaglar.

Le brevet du Lantus a expiré en 2015 aux Etats-Unis et Sanofi espère redynamiser ses ventes dans le diabète avec le Toujeo une insuline de nouvelle génération lancée en mars 2015Sanofi

"La décision d'UnitedHealth, qui prendra effet au premier avril 2017, nous déçoit. Pour Sanofi il est un peu dommage de ne pas laisser le choix des traitements aux médecins d'autant que Lantus et Toujeo ont prouvé leur efficacité", a commenté une porte-parole de Sanofi.

Elle a ajouté que le laboratoire français avait anticipé cette nouvelle et négociait avec d'autres organismes de couverture et de remboursement aux Etats-Unis pour qu'ils maintiennent le Lantus dans leur liste de remboursement.

"On maintient notre prévision d'un recul de 4 à 8% du taux de croissance annuel de la division sur la période 2015-2018", a-t-elle poursuivi.

Cette information a d'abord fait plier de plus de 1% l'action Sanofi mais à 12h53 elle s'adjugeait 0,25% quand le CAC 40 gagnait 1,94%.

Les analystes de Jefferies pensent que l'impact commercial de la décision d'UnitedHealth sera inférieur à celui induit par celle de CVS, dans la mesure où les remboursements du premier concernent 15 millions de personnes et ceux du second 19 millions.

(Deena Beasley, Ben Hirschler, avec Noëlle Mennella, Wilfrid Exbrayat pour le service français)