LafargeHolcim envisage de se retirer de plusieurs marchés

dimanche 18 septembre 2016 17h08
 

VIENNE, 18 septembre (Reuters) - LafargeHolcim envisage de se retirer de plusieurs marchés pour faire une réussite de la mégafusion bouclée l'an dernier entre les groupes français et suisse, a déclaré son président, Beat Hess, à l'hebdomadaire Sonntagszeitung.

"Nous serons présents dans un moins grand nombre de pays, c'est certain", a-t-il dit au journal. La cession d'opérations dans plusieurs pays figure est une option, a-t-il précisé.

Le numéro un mondial du ciment, issu de la fusion entre Lafarge et Holcim, a généré 80% de son résultat brut d'exploitation dans 25 pays, a indiqué Beat Hess au journal.

Il y a "un gros potentiel d'amélioration" dans 25 autres pays, a-t-il dit. "Soit nous parvenons à renforcer ces activités via des investissements ciblés ou bien nous devons voir si d'autres propriétaires sont susceptibles de faire mieux."

Pour les 40 pays restants dans lequel le groupe est également présent, la question qui se pose est de savoir comment atteindre l'objectif de résultat qui couvre les coûts en capitaux dans un avenir prévisible et "s'il ne serait pas mieux d'investir ailleurs les revenus dégagés d'une cession."

LafargeHolcim a annoncé avoir déjà dépassé son objectif de 3,5 milliards de francs suisses (3,2 milliards d'euros) de désinvestissements sur toute l'année et a porté ce programme à cinq milliards de francs d'ici fin 2016.

Outre les 250 emplois supprimés dans le cadre de la réorganisation de ses fonctions centrales, le groupe réduira ses effectifs dans le pays et pourrait fermer d'autres usines, selon les propos du président rapportés par le journal.

"Sur les grands marchés, où Lafarge et Holcim étaient tous deux présents, nous devons encore adapter nos structures." (Kirsti Knolle, Juliette Rouillon pour le service français)