RPT-Wells Fargo critiquée pour son silence sur ses comptes fantômes

vendredi 16 septembre 2016 11h08
 

(Répétition mastic §5)

par Dan Freed et Ross Kerber

NEW YORK, 16 septembre (Reuters) - Le scandale des comptes fantômes de Wells Fargo jette une lumière crue sur la manière dont la banque américaine communique.

Malgré les multiples informations de presse sur l'ouverture par les autorités fédérales et le parquet de Los Angeles d'une enquête sur les pratiques commerciales des succursales de la banque de San Francisco et l'annonce d'un règlement amiable de 190 millions de dollars, le groupe n'a rien dit aux investisseurs qui puisse leur permettre de mesurer l'étendue des dégâts.

La capitalisation de Wells Fargo a fondu d'environ 19 milliards de dollars depuis que l'enquête a révélé, la semaine dernière, que des salariés de la banque avaient créé quelque deux millions de comptes sans l'assentiment des clients concernés, dans le seul but de réaliser leurs objectifs commerciaux.

Le scandale a conduit la banque à licencier 5.300 personnes et même si les 190 millions de dollars qu'elle a accepté de verser ne représente qu'une infime fraction des 23 milliards de profits dégagés l'an passé, son action n'en a pas moins perdu 7,5%, alors que l'indice Dow Jones des bancaires n'a reculé que de 2,4% dans le même temps.

Les investisseurs, analystes et juristes qui ont parlé à Reuters disent que le silence de la banque n'implique pas qu'elle ait enfreint la loi mais ils s'accordent à dire qu'il n'arrange pas son image et que le PDG, John Stumpf, doit s'expliquer.

"Cela altère encore une crédibilité déjà bien entamée sur leur volonté d'être transparent", dit Nell Minow, vice-président de ValueEdge, une société de conseil en gouvernance d'entreprise.

"Ils se sont contentés du minimum légal; est-ce que c'est loyal envers les investisseurs ou est-ce que c'est tout ce que les investisseurs doivent savoir ou veulent savoir? Je n'en crois rien".   Suite...