** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

vendredi 16 septembre 2016 08h02
 

PARIS/LONDRES, 16 septembre (Reuters) - Les Bourses européennes devraient ouvrir sur une note stable vendredi, prolongeant leur tendance de la veille après un début de semaine en baisse d'environ 3% dans des marchés fragilisés par le doute sur la capacité des différentes banques centrales à relancer la croissance dans le monde.

D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à deux points à l'ouverture, le Dax à Francfort trois points et le FTSE à Londres six points.

La Bourse de Tokyo a gagné 0,7% en clôture, les valeurs liées à Apple , qui a encore pris 3,4% jeudi à Wall Street, s'illustrant en raison de l'engouement ressenti par les investisseurs autour de l'iPhone 7.

Les marchés sont fermés en Chine continentale pour la deuxième journée d'affilée en raison de jours fériés.

Wall Street a fini en nette hausse jeudi, portée par l'euphorie autour du nouvel iPhone d'Apple, par la remontée des cours du pétrole et par des indicateurs économiques médiocres qui éloignent la perspective d'une hausse de taux à court terme aux Etats-Unis.

La relative faiblesse des indicateurs a propulsé l'écart entre les rendements des obligations du Trésor américain à moyen et long termes à son plus haut niveau en deux mois et demi.

Selon le baromètre FedWatch de CME Group, qui mesure les anticipations des traders, la probabilité d'une hausse de taux la semaine prochaine n'était plus que de 12% contre 15% avant l'avalanche des statistiques de jeudi. Pour décembre, FedWatch donne un pronostic à 50-50 mais la probabilité est plus proche de 70% selon des économistes interrogés par Reuters.

Sur le marché des changes, le dollar reste stable face à six grandes devises de référence tandis que le pétrole retombe 0,7 à 0,8% après son rebond de la veille, affecté en outre par les craintes d'une nouvelle augmentation du nombre de puits ouverts aux Etats-Unis et que la reprise des exportations de Libye et du Nigeria ne vienne alimenter l'excès d'offre sur le marché mondial. Sur la semaine, le baril de Brent de la mer du Nord accuse une perte de 3,7% à ce stade.

Sur l'ensemble des marchés, les intervenants attendent maintenant les réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Japon (BoJ), les 20 et 21 septembre.   Suite...