LEAD 1-France-Cahuzac fixé sur son sort le 8 décembre

jeudi 15 septembre 2016 18h01
 

* Ses avocats demandent une "juste peine"

* La prison ferme, une "absurdité" selon Jean Veil

* Ils défendent la thèse rocardienne (Actualisé avec plaidoiries de la défense)

par Chine Labbé

PARIS, 15 septembre (Reuters) - La défense de Jérôme Cahuzac a appelé jeudi le tribunal à prononcer une "juste" peine envers l'ex-ministre du Budget, un homme "fini", marqué du sceau "indélébile" de la "trahison" après les révélations sur son compte caché à l'étranger.

Le jugement sera rendu le 8 décembre prochain.

Jugé pour fraude fiscale, blanchiment et fausse déclaration de patrimoine, Jérôme Cahuzac a reconnu depuis 10 jours la "vérité accablante" sur son compte, mais réfuté l'idée d'un "système organisé", préférant parler de "fuite en avant".

"Est-il audacieux de dire qu'il a beaucoup payé? Est-il téméraire de dire qu'il a perdu tout ce qui faisait sa vie (...) même ses idéaux?" a lancé l'un de ses avocats, Me Jean-Alain Michel. "Reste la honte et la marque indélébile de la trahison."

Ce proche du ministre déchu, au coeur du plus grand scandale de la présidence de François Hollande, a tenté de mettre en lumière jeudi "l'autre Jérôme Cahuzac", celui qui a "travaillé pour le bien commun", a été "adoré par ses électeurs" et a, lui aussi, été "trahi" par son comportement délictueux.   Suite...