RPT-Automobile-ZF relève son offre sur le suédois Haldex

mercredi 14 septembre 2016 13h09
 

(Répétition technique, texte sans changement)

FRANCFORT, 14 septembre (Reuters) - L'équipementier automobile allemand ZF Friedrichshafen a relevé mercredi son offre sur Haldex, société suédoise spécialisée dans les systèmes de freinage, la portant à 4,86 milliards de couronnes (509 millions d'euros), soit au même niveau que l'offre rivale de Knorr-Bremse, un autre groupe allemand.

Ce dernier avait relancé les enchères pour Haldex en mettant sur la table 110 couronnes par action Haldex, soit alors 10 couronnes de plus que ZF.

Avant l'entrée en piste de Knorr-Bremse, ZF Friedrichshafen était resté seul en lice pour Haldex après le retrait par SAF-Holland, un autre équipementier allemand spécialisé comme Knorr-Bremse dans les véhicules utilitaires, d'une offre de 4,2 milliards de couronnes lancée en juillet.

Se préparant à l'avènement de la conduite autonome, les rapprochements se multiplient entre équipementiers soucieux d'enrichir leur portefeuille de produits grâce au savoir-faire acquis par certains en matière de logiciels et d'automatisation.

ZF a ainsi racheté TRW pour 12,4 milliards de dollars (11,1 milliards d'euros), Magna a repris Getrag pour 1,9 milliard et Continental a acquis Veyance Technologies.

Le conseil d'administration d'Haldex a dit avoir décidé, à l'unanimité, de soutenir l'offre de ZF Friedrichshafen, estimant qu'elle avait plus de chances d'obtenir l'aval des autorités de la concurrence que celle Knorr-Bremse.

ZF a précisé détenir déjà 4,2% des actions Haldex, ajoutant s'être assuré l'apport à son offre d'un bloc de 17% des titres.

Knorr-Bremse a dit avoir pris acte du relèvement de l'offre de ZF en disant qu'il lui fallait réfléchir à la prochaine étape, tout en se disant convaincu que sa proposition assurait sur le long terme à Haldex de meilleures perspectives que celle de ZF.

A 10h30 GMT, le titre Haldex gagnait 0,22% à 115,00 couronnes à la Bourse de Stockholm. Le fait que le cours soit au-dessus du prix des deux offres suggère que les investisseurs anticipent une poursuite de la surenchère. (Arno Schütze et Maria Sheahan, avec la contribution d'Ilona Wissenbach à Francfort et de Johannes Hellstrom à Francfort, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)