ENCADRE-Alstom-Le gouvernement reverra les syndicats fin septembre

mardi 13 septembre 2016 17h01
 

PARIS, 13 septembre (Reuters) - Les syndicats d'Alstom ont été reçus mardi par le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, qui s'est engagé à les recevoir de nouveau d'ici la fin septembre pour leur faire des propositions sur l'avenir de leur usine de Belfort.

La mairie de Belfort et les représentants du personnel envisagent des actions pour protester contre le projet d'arrêt de la production dans cette usine historique du groupe, que le gouvernement a promis d'empêcher.

"Est-ce qu'il nous a rassurés ? Il a pris date, il s'est clairement engagé à ce qu'on se revoie d'ici la fin du mois pour nous faire des propositions", a déclaré Claude Mandart, délégué central CFE-CGC Alstom, à l'issue de l'entretien avec Christophe Sirugue.

"A l'heure où je vous parle, il y a des réunions qui sont en train de se tenir avec les responsables d'Alstom, avec le gouvernement, avec les grands opérateurs publics pour savoir quelles solutions concrètes apporter pour trouver une solution au moins à court terme pour charger le site de Belfort", a-t-il expliqué devant la presse.

"Aujourd'hui, la chance que l'on a, c'est qu'on est dans une période pré-électorale où tous les politiques, de tous bords qu'ils sont, se sont emparés du problème. J'ai clairement senti que le gouvernement était au pied du mur et qu'il se devait d'apporter des solutions à court terme pour ne pas être confronté à un nouveau Florange", a-t-il aussi estimé.

Olivier Kohler, délégué CFDT du site Alstom de Belfort, s'est prononcé pour une mobilisation générale.

"Il s'agit de plus de 1.000 emplois sur l'agglomération belfortaise", a-t-il fait valoir sur BFM TV. "Il faut que tout le monde se mobilise et en particulier les salariés. Cela veut dire : occupation, grève, blocage du site, blocage des voies ferrées. Il faut que l'on monte au créneau."

Le maire de Belfort, Damien Meslot (Les Républicains,) a lancé un appel pour une journée "ville morte" le samedi 24 septembre.

(Elizabeth Pineau et Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)