Alstom doit oublier l'idée de fermer partiellement Belfort-Valls

mardi 13 septembre 2016 13h02
 

PARIS, 13 septembre (Reuters) - La direction d'Alstom doit oublier l'idée de fermer partiellement le site de Belfort, a déclaré mardi Manuel Valls, se disant optimiste sur l'avancée de futures commandes.

Les déclarations du Premier ministre sont intervenues après la diffusion auprès des salariés du groupe d'un message du PDG justifiant l'arrêt de la production sur le site historique d'Alstom. Ce message a été rédigé le week-end dernier et ne constitue pas une réponse au gouvernement, a cependant précisé Alstom.

"Je veux dire aux dirigeants d'Alstom qu'ils doivent oublier toute idée de fermer le site de Belfort et qu'ils peuvent compter sur l'Etat pour avancer", a dit Manuel Valls lors d'un déplacement à Verdun (Meuse).

"Nous travaillons sur la commande publique (...) il y a un certain nombre de dossiers qui avancent bien, à la fois à l'étranger, je pense à l'Italie, mais aussi en France", a poursuivi le Premier ministre, qui présente, comme tout l'exécutif, les futures commandes comme un antidote à l'arrêt annoncé de la production.

"Cela demande encore quelques jours, quelques semaines, pour certains quelques mois avant de les finaliser. Ce que je demande, c'est de la patience dans les jours qui viennent, on ne s'emballe pas", a encore déclaré Manuel Valls.

François Hollande a lui aussi de nouveau pressé mardi la direction de revenir sur sa décision, tout en renouvelant son souhait de voir arriver des nouvelles commandes. (Jean-Baptiste Vey et Simon Carraud à Paris, édité par Yves Clarisse)