Le Brexit a jeté un froid sur les M&A britanniques

mardi 13 septembre 2016 12h42
 

* Nombre et valeur des M&A en baisse depuis le référendum

* Le dossier SoftBank-ARM a dopé le montant global

* Goldman, Lazard et UBS sur le podium des banques conseils

par Guy Faulconbridge, Kate Holton et Andrew MacAskill

LONDRES, 13 septembre (Reuters) - Le vote du 23 juin pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne s'est traduit par un violent coup de frein à l'activité des fusions-acquisitions (M&A) impliquant des entreprises britanniques, tombée à son plus bas niveau depuis plus de 20 ans, montrent les données Thomson Reuters.

Des opérations de grande envergure comme l'offre de 32 milliards de dollars (28,5 milliards d'euros) du japonais SoftBank sur ARM, première capitalisation du secteur britannique des hautes technologies, pourraient laisser croire que tout va pour le mieux sur le marché des M&A. Mais le tableau général est loin d'être aussi optimiste.

Le nombre d'opérations impliquant au moins une entreprise britannique est tombé à 707 au cours des 11 semaines qui ont suivi le vote du Brexit, pour un montant global de 87,43 milliards de dollars, contre 1.060 opérations pour 125,22 milliards sur la période correspondante de l'an dernier, montre le recensement par Thomson Reuters des opérations en cours ou achevées.

Si la valeur globale des opérations dans lesquelles la cible est britannique a atteint 45,77 milliards, contre 45,66 milliards un an plus tôt, elle bénéficie avant tout du seul dossier ARM. Le nombre d'opérations impliquant des entreprises britanniques comme le nombre de celles dans lesquelles la cible est britannique sont tombés à leur plus bas niveau depuis au moins 20 ans.

"Cela ne fait aucun doute: l'activité des M&A a reculé", a déclaré à Reuters Tim Gee, associé spécialisé du cabinet juridique Baker & McKenzie.   Suite...