KEPCO discute avec Toshiba et Engie du projet NuGen (GB)-source

lundi 12 septembre 2016 16h33
 

PARIS/LONDRES, 12 septembre (Reuters) - Le sud-coréen KEPCO discute avec Toshiba et Engie en vue d'une participation au projet NuGen de construction d'une centrale nucléaire en Angleterre, a-t-on appris lundi d'une source au fait de la situation.

Le Financial Times rapporte lundi que Korea Electric Power Corporation (KEPCO) a repris les discussions sur NuGen, qui calaient depuis trois ans, et réfléchit à une prise de participation et à un rôle dans la construction d'une centrale nucléaire près de Sellafield, dans le nord-ouest de l'Angleterre.

La source contactée par Reuters n'a pas précisé si KEPCO achèterait tout ou partie des parts du japonais et du français, qui cherchent des partenaires pour ce projet qui pèse pas moins de 10 milliards de livres sterling (près de 12 milliards d'euros).

La source a ajouté qu'il n'était pas certain que KEPCO entre au capital de NuGen et qu'il ne s'agissait que d'une option parmi d'autres.

"Nous cherchons des investisseurs et discutons avec beaucoup de gens", a dit un porte-parole de NuGen en se refusant à dire si des discussions avaient lieu avec KEPCO.

Engie s'est refusé à tout commentaire.

Des sources ont dit que Toshiba et Engie cherchaient depuis plusieurs mois à réduire leur part dans le projet NuGen mais que les conditions sont rendues difficiles par la faiblesse des prix de gros de l'énergie et la concurrence des énergies renouvelables.

EDF a un projet de construction de réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, pour lequel la Première ministre Theresa May doit rendre sa décision d'ici la fin du mois. (Geert De Clercq et Karolin Schaps, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)