LEAD 3-Alstom-Le sauvetage de Belfort, enjeu de la campagne 2017

lundi 12 septembre 2016 18h00
 

* Un rappel de l'échec de Florange

* Hollande souhaite des commandes supplémentaires

* Le gouvernement critique la direction du groupe (Actualisé avec déclarations de Hollande)

PARIS, 12 septembre (Reuters) - François Hollande s'est fixé lundi l'objectif de sauver les activités ferroviaires d'Alstom à Belfort, scellant l'immixtion de ce dossier industriel dans la campagne pour l'élection présidentielle du printemps 2017.

Pour le président, le sauvetage du site historique du groupe désormais détenu à 20% par l'Etat fait écho à l'incapacité de son gouvernement à sauver les hauts-fourneaux sidérurgiques de Florange, devenue pour une partie de la gauche le symbole de l'impuissance du pouvoir socialiste, voire d'une trahison.

"Nous devons nous mobiliser pour qu'il y ait plus de commandes qui soient apportées et pour que cette entreprise-là puisse garder ses sites", a dit le chef de l'Etat lors d'un discours à Saint-Quentin-en-Yvelines.

Fidèle de François Hollande, le ministre de l'Economie, Michel Sapin, avait donné dans la matinée une coloration très politique à cet objectif après une réunion interministérielle sur le sujet à l'Elysée.

"Nous allons travailler de manière à redonner de l'espoir aux salariés. Mais pas de l'espoir pour de l'espoir, pour la réalité des choses : du travail pour ceux qui aujourd'hui sont inquiets pour leur avenir", a-t-il dit à des journalistes.

Lors de cette réunion, qui s'est tenue en présence également du Premier ministre, Manuel Valls, de Christophe Sirugue (Industrie) et d'Alain Vidalies (Transports), "le président de la République nous a fixé un objectif : celui de faire en sorte qu'à Belfort les activités ferroviaires d'Alstom soient maintenues", a-t-il ajouté.   Suite...