** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

lundi 12 septembre 2016 07h55
 

PARIS, 12 septembre (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en forte baisse lundi à l'ouverture, dans la foulée du plongeon de plus de 2% de Wall Street vendredi après les déclarations d'un responsable de la Réserve fédérale qui ont relancé les spéculations sur une hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis dès la semaine prochaine.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 1,9% à l'ouverture, le Dax à Francfort 2,2% et le FTSE à Londres 1,4%.

Peu avant sa clôture, la Bourse de Tokyo recule de près de 2%, souffrant notamment de la progression du yen, toujours recherché en cas de poussée d'aversion au risque.

Et l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) abandonne près de 2,5%, accusant à ce stade sa plus forte baisse sur une séance depuis le 24 juin, le lendemain de la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne.

Au-delà des incertitudes autour du calendrier d'une remontée des taux de la Fed et des interrogations sur la capacité des banques centrales à réellement agir sur la conjoncture, le sentiment des investisseurs est également plombé par la Corée du Nord et ses essais nucléaires.

La Corée du Nord a fini les préparatifs nécessaires à un nouvel essai nucléaire, a rapporté l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant des sources au gouvernement de Séoul. Pyongyang a mené vendredi son cinquième essai nucléaire, d'une puissance sans précédent, et a annoncé être désormais en mesure de monter des ogives nucléaires sur des missiles balistiques.

La Fed prendrait des risques si elle attendait trop longtemps pour resserrer sa politique, avait déclaré vendredi le président de la Fed de Boston. Eric Rosengren, traditionnellement considéré comme une "colombe", a fait valoir que maintenir trop longtemps une politique accommodante pourrait conduire à une surchauffe de l'économie américaine.

Plusieurs membres de la Fed, dont la réunion de politique monétaire est prévue les 20 et 21 septembre, doivent s'exprimer dans la journée, dont Lael Brainard, une autre "colombe".

Le pétrole perd plus de 1,5%, dans la foulée de sa chute de plus de 4% vendredi après des données montrant une progression du nombre de forages aux Etats-Unis, une hausse qui semble montrer que les exploitants peuvent être rentables à ce niveau des cours et donc potentiellement augmenter une offre déjà très abondante. Le marché se prépare par ailleurs à l'annonce d'un rebond des stocks aux Etats-Unis après leur forte baisse de la semaine dernière due à des facteurs climatiques avec le passage de la tempête Hermine.   Suite...