Berlin redoute une coalition "Club Med" au sein de l'UE

vendredi 9 septembre 2016 08h48
 

BERLIN, 9 septembre (Reuters) - Certains responsables allemands craignent que ne se constitue au sein de l'Union européenne (UE) un bloc méditerranéen qui tenterait d'imposer un assouplissement des règles budgétaires communes, alors que pour eux l'orthodoxie s'impose plus que jamais au vu du départ prochain de la Grande-Bretagne.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras rencontre vendredi à Athènes les chefs d'Etat et de gouvernement de France, d'Italie, d'Espagne, du Portugal, de Malte et de Chypre pour débattre de l'avenir de l'UE après que les Britanniques ont choisi, le 23 juin dernier, d'en sortir.

Tsipras se veut la figure de proue d'une initiative anti-austérité et se cherche des alliés, alors que l'Allemagne prône toujours une stricte discipline budgétaire avant le sommet européen de Bratislava à la mi-septembre.

Le député européen Markus Ferber, membre de la CSU, l'aile bavaroise de la CDU, le parti de la chancelière Angela Merkel, a déclaré au journal Die Welt qu'il redoutait de la part des pays du sud une "coalition de la redistribution" qui mettrait en péril la stabilité financière de l'Europe.

"Après le départ de la Grande-Bretagne, le 'Club Med' aura une minorité de blocage qui pourra faire obstacle à Bruxelles à toute loi qui ne lui convient pas", dit-il.

Le commissaire européen Günther Öttinger exprime lui aussi un certain malaise.

"Ce serait une mauvaise chose que le fossé se creuse entre les pays membres de l'UE ayant de gros problèmes budgétaires et ceux pour lesquels ils sont minimes", dit-il, dans les colonnes du Passauer Neue Presse.

S'exprimant dans le même journal, Ferber, vice-président de la commission économique et de change du Parlement européen, souligne que l'Europe doit faire bloc.

"Il faut un signal pour plus de stabilité, ce qui implique qu'il faut appliquer les textes existants", affirme-t-il.   Suite...