La Fed veut limiter le champ d'action des banques d'affaires US

jeudi 8 septembre 2016 22h40
 

WASHINGTON, 8 septembre (Reuters) - La Réserve fédérale et deux autres instances de régulation du secteur bancaire américain ont recommandé jeudi au Congrès d'interdire aux grandes banques de Wall Street d'intervenir sur les marchés physiques des matières premières et dans d'autres domaines similaires du fait de risques possibles pour le système financier.

Goldman Sachs Group et Morgan Stanley bénéficient depuis une réforme de 1999 d'un statut spécial leur permettant d'acheminer et d'entreposer des matières premières physiques.

Les banques de Wall Street peuvent par ailleurs avoir des activités de banque marchande, autrement dit détenir des participations directes dans des sociétés non financières.

Daniel Tarullo, gouverneur de la Fed, avait déjà émis des réserves sur le rôle des banques dans les marchés physiques des matières premières mais l'opposition exprimée de la Fed aux activités de banque marchande est nouvelle.

Le fait de pouvoir investir dans les matières premières physiques confère un avantage indu aux grandes institutions de Wall Street, estiment la Fed et les deux autres régulateurs bancaires, la Federal Deposit Insurance Corporation et l'Office of the Comptroller of the Currency, dans leur rapport remis au Congrès.

Les règles actuelles "soulèvent des questions quant à la sécurité (...) autant que de concurrence", note la Fed.

Sous la pression de l'opinion publique et de la sphère politique, les banques de Wall Street ont récemment réduit leur exposition aux marchés physiques.

En novembre, Morgan Stanley a finalisé la vente de ses activités de trading de pétrole à Castleton Commodities. En 2014, la banque avait déjà vendu sa participation de contrôle dans TransMontaigne, une société de stockage de pétrole, à NGL Energy Partners.

Goldman a de même cédé en décembre 2014 sa filiale Metro d'entrepôts de métaux à la société d'investissement suisse Reuben Brothers. (Patrick Rucker à Washibgton D.C. avec Olivia Oran à New York, Véronique Tison pour le service français)