BOURSE-Le transport aérien à la peine après des déclassements

mercredi 7 septembre 2016 11h03
 

7 septembre (Reuters) - Les actions des compagnies aériennes européennes sont à la peine mercredi matin, après que Deutsche Bank eut procédé à plusieurs abaissements de recommandation.

L'intermédiaire estime que les capacités du transport aérien restent élevées de façon persistante, tandis que les retombées post-Brexit et l'approche des élections présidentielles aux Etats-Unis risquent d'avoir des répercussions sur le trafic.

Lufthansa, la première compagnie aérienne européenne, perd 3,6%, plus fort recul de l'indice Dax 30 , et Air France-KLM 2,9%, plus forte perte de l'indice SBF120.

Les deux compagnies aériennes figurent par ailleurs parmi les premières pertes de l'indice Stoxx 600.

Deutsche Bank est passé à la vente sur les deux titres, réduisant de 2% à neuf euros l'objectif de cours de Lufthansa et de 30% à 3,60 euros celui d'Air France-KLM.

Dans le cas de la compagnie aérienne franco-néerlandaise, l'intermédiaire évoque des incertitudes entourant la réforme des charges structurelles.

En outre, la banque allemande n'est pas particulièrement optimiste quant aux capacités de Transavia, filiale low cost d'Air France-KLM, et d'Eurowings, l'équivalent chez Lufthansa, à affronter la concurrence sur leur propre segment d'activité.

Cela dit, la concurrence en question n'est pas épargnée non plus par Deutsche Bank.

EasyJet est en recul de 0,8%, Deutsche Bank ayant déclassé la valeur à "conserver", comme cela est également le cas pour Ryanair qui cède 1,1%.

IAG perd 0,75%, même si Deutsche Bank reste acheteur sur le titre. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)