LEAD 1-Les diesels de Fiat dans le viseur de Berlin-documents

jeudi 1 septembre 2016 14h50
 

(Actualisé avec documents du gouvernement)

BERLIN, 1er septembre (Reuters) - L'Allemagne a détecté des augmentations inhabituelles d'émissions polluantes sur quatre modèles de Fiat Chrysler Automobiles et accuse le constructeur d'avoir installé un dispositif illégal sur ses moteurs diesel pour débrancher le système de traitement des gaz, selon des documents du gouvernement allemand.

Dans des lettres envoyées mercredi à la Commission européenne et au ministère italien des Transports, auxquelles Reuters a eu accès, l'Allemagne fait savoir que son autorité de supervision du secteur automobile (KBA) a identifié dans les diesels de Fiat "un dispositif permettant de débrancher le système de traitement des gaz d'échappement" après plusieurs cycles de nettoyage.

Selon les lettres envoyées par le ministère allemand des Transports, les autorités italiennes ont dit que leurs propres tests n'avaient pas prouvé l'existence d'un tel dispositif illégal et ont refusé de prendre des mesures contre le groupe.

Le gouvernement allemand appelle en conséquence l'exécutif européen à consulter les autorités italiennes afin de résoudre ce problème d'émissions, apprend-on dans une des lettres.

"L'Allemagne ne partage pas l'avis de l'autorité italienne d'autorisation des modèles automobiles qui estime que le dispositif déconnectant le système de traitement des gaz d'échappement sert à protéger les moteurs", lit-on dans un extrait de la lettre publié jeudi par l'hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche, qui a dévoilé cette correspondance.

Les modèles concernés sont les Fiat 500X, Fiat Doblo et Jeep Renegade, précise l'hebdomadaire.

Les autorités allemandes ont décidé de tester les modèles de plusieurs constructeurs dans le sillage du scandale provoqué par la fraude de Volkswagen lors de tests sur les émissions de ses moteurs diesel.

Fiat s'est refusé à tout commentaire. Les ministères des Transports italien et allemand n'étaient pas disponibles dans l'immédiat. (Michael Nienaber et Gernot Heller, Patrick Vignal et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)