LEAD 1-L'UE autorise l'opération italienne d'Hutchison-Vimpelcom

jeudi 1 septembre 2016 12h36
 

(Actualisé avec des précisions, contexte)

par Foo Yun Chee

BRUXELLES, 1er septembre (Reuters) - La Commission européenne (CE) a autorisé jeudi la fusion des filiales de téléphonie mobile italiennes de CK Hutchison Holdings et de Vimpelcom, ces derniers s'étant engagés à vendre des actifs à Iliad pour l'aider à faire son entrée sur le marché italien.

L'exécutif européen avait interdit en mai l'OPA de 10,3 milliards de livres (13,0 milliards d'euros) de CK Hutchison Holdings sur O2, filiale britannique de téléphonie mobile de l'espagnol Telefonica, estimant qu'elle aboutirait à une hausse des prix en Grande-Bretagne.

Dans le cas italien, la CE explique que les "mesures correctives" avancées par Hutchison sont suffisantes car elles permettent d'avoir un quatrième opérateur télécoms en Italie.

"Nous pouvons autoriser la concentration, car Hutchison et VimpelCom ont proposé des mesures fortes qui permettent à un nouvel opérateur de réseau mobile, Iliad, d'entrer sur le marché italien", a dit la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager.

"Cette opération démontre que les sociétés de télécommunications européennes peuvent grandir en se consolidant au sein du même pays, pour autant qu'une concurrence efficace soit préservée. Elle montre aussi que ces sociétés peuvent se développer grâce à une expansion transfrontière, comme dans le cas d'Iliad".

Hutchison vendra des fréquences radio et partagera ou transfèrera plusieurs milliers de stations de base pour téléphonie mobile, tandis qu'un accord de transition donnera à Iliad accès à la 2G, à la 3G, à la 4G et aux nouvelles technologies en utilisant "le réseau de l'entreprise commune pour proposer aux clients des services mobiles nationaux en attendant d'avoir pu mettre sur pied son propre réseau mobile", explique la CE dans un communiqué.

La fusion de 21,8 milliards d'euros regroupe 3 Italia, filiale d'Hutchison, avec Wind, filiale de Vimpelcom, faisant naître une entité mieux à même de faire concurrence à Telecom Italia et à Vodafone Italia.

Le secteur des télécoms a observé une vague de fusions ces dernières années dans un contexte d'investissements lourds dans des services à très haut débit. (Wilfrid Exbrayat pour le service français)